Publicite

Inédit : L'initiative de la décrispation est ivoiro-ivoirienne! Par Dapa Donatien

L'Ivoirien est tellement accoutumé à la main souterraine de la France, que la majorité de nos compatriotes ( résidents ou diaspora) a du mal à concevoir que l'initiative des tractations de la décrispation et de la levée des blocus sur les résidences est ivoiro-ivoirienne.


Des gens crédibles, il y en a encore dans ce pays qui n'émargent point dans aucun parti politique. Ils n'en sont pas téléguidés non plus...

Faisons la rétrospective de la succession des événements.

Tant que l'opposition était dans la désobéissance civile, le climat était certes chargé mais gérable à la fois par les initiateurs du mot d'ordre et le pouvoir.

Le choix porté sur le pdt Bédié par ses pairs en qualité de pdt du Conseil National de Transition ne soulevait pas d'inquiétudes dans la mesure où cela était perçu comme une tactique pour l'opposition pour parler d'une voix dans l'attente du nécessaire dialogue à venir éventuellement...

Patatras ! Ce 3 novembre 2020,la tension est montée d'un cran à l'annonce imminente d'un Gouvernement parallèle sur instigation pressante de forces politiques qui semblaient imposer un agenda des plus opaques au Pdt Bédié.

La gravité de la décision et les représailles immanquables mettant en danger la vie du Pdt du "CNT" ne commandait-elle pas un minimum de mesures sécuritaires préalables non seulement autour de sa personne et de celles des personnalités de l'opposition au-devant de la scène ? Il faut le dire tout net: le président Bédié et ses collaborateurs de circonstances ont été jetés en pâture.

Dans un pays où des individus armés de machettes, fusiles et roquettes et ne répondant apparemment à aucun lien de rattachement à un commandement de l'armée régalienne connue, le pire aurait pu arriver au pdt Bédié.Les appels à la mobilisation lancés par M.Guikahué et certains cyber activistes hors Côte d'Ivoire, n'ont pu amasser une masse conséquente autour des résidences de leurs mentors respectifs.

Aussitôt la rumeur de son arrestation fusant sur les réseaux sociaux, amena un compatriote Chroniqueur Indépendant à saisir directement et concomitamment l'Ambassadeur de l'Union Européenne en Côte d'Ivoire et le Responsable Afrique de l'Ouest de l'UE pour une médiation entre le Président Ouattara et le Président Bédié.

Sans révéler l'identité de l'auteur des bons offices qui a requis l'anonymat, je puis vous dire cependant que l'UE a reçu précisément le message de sollicitation citoyenne à 17h 55 min GMT ce 3 Novembre appuyé par un courrier physique déposé à la première heure le lendemain 4 novembre à la Délégation de l'UE à Abidjan.

Dès cet instant, les représentants de l'UE mettent en branle leurs câbles diplomatiques (multidirectionnels) pour entamer une médiation.Pour ce faire, l'ambassadeur de l'UE réunit autour de cette mission ses collègues des pays membres de l'UE et ceux de la Grande Bretagne et des USA.

Ils avaient à jouer sur le fil pour ne pas s'afficher avec le Président Ouattara, de peur de dévoyer la mission en une mission de reconnaissance de son élection d'une part, et d'autre part, de peur d'être taxés par le président Ouattara de caution au CNT ...

Le lendemain 4 novembre, au lieu de 10 heures comme souhaité par le collège des Ambassadeurs, le pdt Bédié qui n'était pas préparé, va remettre le RDV dans l'après midi le temps pour lui de convier le Général Ouassénan Koné Gaston à cet entretien. Juste un euphémisme pour souligner la méfiance de l'homme qui pensait que l'initiative était du Président Ouattara.

Le caractère sec de la réponse aux diplomates à charge pour eux de la transmettre aux Pdt Ouattara le démontre. La méfiance étant réciproque, le Président Ouattara et son régime pensaient que c'est le président Bédié qui était demandeur et qui aurait saisi les diplomates.

Un ping pong qui a failli faire capoter la médiation. Tâche difficile qu'ils réussiront avec brio dans la neutralité pour s'effacer dans les radars, une fois les deux protagonistes convaincus de se rencontrer au Golf.

Voilà donc le contexte qui a précédé la rencontre directe entre le Président Ouattara et le Président Ouattara. En considérant de tout ceci, il est totalement erroné de penser que Bédié et Ouattara auraient sous la pression de Macron.

C'est non plus le Président Akufo Addo ni Macky Sall qui seraient à la base de ce rapprochement . Bien sûr que le coup de fil du pdt Laurent Gbagbo le 5 novembre a contribué à la mise en confiance du régime pour engager les négociations dans le sens de la décrispation.

Mais attention ! Les échanges intervenus entre le pdt Gbagbo et le Premier Ministre sont intervenus après que les tractations entre le pdt Ouattara et le Pdt Bédié aient été entamées via les ambassadeurs préalablement sollicités par une initiative indépendante, c'est à dire un leader d'opinion qui n'a jamais eu froid aux yeux quelque soit le parti politique.

Des langues dont l'intention serait peut-être de torpiller les pourparlers ou qui se trompent de bonne foi, tentent de faire croire que c'est l'ambassadeur de France qui serait à la manœuvre. C'est erroné.

A la rencontre avec le pdt Bédié, il n'en avait pas l'ère. Ensuite, son attitude et ses déclarations à la sortie de l'audience avec le PM ont donné non pas un air méprisant, mais surtout, l'attitude de quelqu'un qui a reçu instruction ferme du Président Macron de se tenir loin du dossier ivoirien, comme l'échos nous parvient de la presse française.

Devant Hambak et les caméras de son pays, il a saisi l'occasion de mettre les points sur les "i", en affirmant la main sur le cœur que c'est la première fois qu'il parle avec le PM. Pour précision la médiation s'est faite entre le PM et le pdt Bédié.

C'est vrai que les traces du lavage de cerveau des intellectuels et politiques ivoiriens demeurent indélébiles et laissent penser instinctivement que les ivoiriens ne peuvent rien réussir sans implication de la France. Pour une fois, on peut se faire confiance, jusqu'à manifestation de la preuve contraire.

Par contre, POUR QUE LE DIALOGUE VOULU PAR TOUS TIENNE ET ABOUTISSE À APLANIR LES CAUSES DE DIVERGENCES ET A SOIGNER LES PLAIES CYCLIQUES DE LA NATION, DEPUIS CES TRENTES DERNIÈRES ANNÉES, LA MISE EN GARDE DU PENSEUR CONTEMPORAIN Major DANSELEWEY BIFAY demeure valable à la bienveillante attention de la classe politique et des leaders d'opinion:

"SOYEZ SOURDS AUX PANTINS EN DÉCLIN ET ENCLIN AU BUTIN ET AU FESTIN, AU PRIX DE VOTRE DESTIN, POUSSÉ AU DÉDAIN D'UN LENDEMAIN INCERTAIN". d'après Major Danselewey Bifay cité dans une précédente publication sur Ivoirebusiness ayant fait près de six milles partages. https://www.ivoirebusiness.net/articles/remede-contre-le-chaos-qui-se-de....

Sans volonté de lancer la pierre à X ni à Y, si notre mémoire est bonne, nous croyons savoir que Monsieur ABDALAH Albet Toikeusse Mabri, alors ministre du plan et du developpemennt, a eu l'honneur de piloter l'importante et stratégique opération de recensement général de la population ivoirienne et de l'habitat en 1994-1995.

Et à ce que nous sachions, jusqu'à ce qu'il quitte ses amis du RHDP pour des problèmes de personnes et non pour l'intérêt général, il n'a jamais eu ni l'audace ni l'honnêteté intellectuelle de mettre le doigt sur ce qui ne marche pas dans l'identification et l'enrôlement qui avaient pour support documentaire le résultat de sa mission.

Bédié embastillé, monsieur Mabri entre en brousse et ne se fait entendre qu'après rencontre Bédié-Ouattara ! Pour dire quoi ? Et bien pour dire "dialogue inclusif", gros mots pour dire simplement: " Ne m'oubliez pas, prenez moi en compte".

Mais où était-il au moment où la plateforme Ivoirebusiness de Monsieur Christian Vabé était à la brêche depuis au moins 10 ans ?

Même la profession de foi ferme devant le ciel, les anges et la terre de monsieur Amon Tanoh de mourir pour sa nation, s'est transformée en un spectaculaire et ridicule reniement dont le record a battu celui de Pierre vis-à-vis de Jésus. C'est assez instructif pour amener le Président Laurent Gbagbo à prédire en son temps: on ne sort pas d'une guerre comme d'une soirée gala.

La négociation n'est pas seulement à l'avantage du régime, mais elle l'est également pour l'opposition.

Mais la négociation est au-dessus des intérêts des partis politiques.L'intérêt des innocentes populations l'exige.
Et s'agissant de l'inclusivité, parlons-en. La notion de "FORCES POLITIQUES"ne se résume pas seulement aux PARTIS POLITIQUES.

La plateforme Ivoirebusiness par exemple réunit à elle seule une force de proposition au regard de la kyrielle des contributeurs pour la plupart des chroniqueurs indépendants agissant en lanceurs d'alertes ou en sentinelles.

Et je puis vous dire que c'est à partir d'une publication d'ivoirebusiness.net que l'Union Européenne saisie par une voix (qui a requis pour l'instant l'anonymat), s'est convaincue de ressouder le dialogue direct Pouvoir-Forces politiques.

Merci une fois encore à Ivoirebusiness pour le travail abattu et l'engagement pour une Côte d'Ivoire réconciliée.

Par Dapa Donacien de Bondoukou.
Chroniqueur indépendant.
Email:dapadonacien@gmail.com

ivoirebusiness
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1752400 : 1.67 mb
MEMORY : 1518208 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.