Publicite

Insécurité en Côte d'Ivoire : voici le nouveau mode opératoire des microbes

Ils sont âgés de 8 à 17 ans voire plus, ces adolescents qui sèment la terreur en Côte d’Ivoire principalement dans la capitale économique depuis des années. Eux ce sont "les microbes" armés de machettes, couteau, gourdins, ils se déplacent en grand nombre et agressent de jour comme de nuit d’honnêtes citoyens.

Publicite

De vrais assassins qui n’hésitent pas à tuer pour de l’argent, des téléphones portables, des bijoux, etc. comme cela a été le cas à la gare d’Abobo le 23 mai dernier, où les microbes ont poignardé à mort un passant. Ce genre de scène fait maintenant partie du quotidien des ivoiriens qui ne peuvent que prier pour ne pas croiser le chemin de ces "ados criminels".

Pour faire leur sale besogne, les microbes utilisent divers modes opératoires notamment, agresser des automobilistes stoppés aux feux tricolores ou bloqués dans les embouteillages, interpeller des adultes en se présentant comme des enfants égarés, encercler et rouer de coups leurs victimes avant de s’enfuir avec leurs biens…ils sévissent généralement dans les communes de Yopougon, Adjamé et Abobo où ils ont fait de nombreuses victimes.

Face à cet état de chose, plusieurs interrogations trottent dans la tête. Qui sont ces enfants ? Pourquoi ce phénomène persiste-t-il toujours ? Pourquoi, reste-t-on impuissant face à des gamins qui sèment tant de désolation? Quelle est la responsabilité des parents dans cette affaire ? Autant de questions qui méritent de profondes réflexions en vue de trouver des réponses pertinentes pour d’éradiquer définitivement le phénomène des microbes de la Côte d’Ivoire.

Il faut toutefois rappeler que pour plus de précautions, certains comportements d’usage ont été prescrits aux ivoiriens afin de se préserver d’éventuelles attaques à savoir : "circuler portes et coffre à bagages verrouillés, vitres fermées et ne laisser apparent dans le véhicule aucun objet de valeur ou susceptible d'attiser la convoitise des malfrats".

En outre, un numéro de téléphone a été mis à la disposition des populations en cas d’agression pour prévenir les forces de l’ordre notamment, le  Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo) au 111 ou 20 25 00 40 et/ou la Police au 100.

Evy D. / Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1722232 : 1.64 mb
MEMORY : 1501208 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.