Publicite

Insécurité : un célèbre brouteur arrêté

Connu depuis quelques années dans le monde de la nuit ivoirienne, le célèbre "boucantier" Raimi Abdoulaye connu sous le pseudo de "Commissaire 5500", a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (Plcc). Il a été aussitôt déféré devant le Parquet d’Abidjan Plateau en fin de la semaine dernière.

Il est accusé de cyber-escroquerie. A en croire les dires des autorités policières le jeune homme âgé de 22 ans était le cerveau d’une bande organisée qui spécialisée dans l’utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personnes physique et morale.

Publicite

Après son interpellation, Raimi Abdoulaye a avoué sans obstruction ses pratiques de cyber-délinquant qu’il exerce depuis au moins 1 an. Il camoufle ses activités illicites à l’aide d’un commerce de produits cosmétiques. Aussi a-t-il révélé de pratiquer "le love-tchat" ou encore l’arnaque aux sentiments consistant pour le cyberdélinquant à jouer les charmes afin d’obtenir de l’argent de sa victime ou il peut aussi enregistrer des communications privées (vidéos à caractères sexuels) d’elle, et par la suite la faire chanter. Il s’agit du sextorsion. Le cyberdélinquant se fait très souvent passer pour une personne du sexe opposé, en usurpant une identité.et l’arnaque à l’héritage.

Quant à l’arnaque aux faux héritages, il s’agit pour le cyberdélinquant de faire croire en un héritage providentiel destiné à la victime, en échange de certains frais (imaginaires) que celle-ci doit payer avant de le recevoir.
Des éléments saisis sur le prévenu  ont permis de découvrir une dizaine de victimes (française, italienne, ivoirienne) dont une institution financière. De faux documents administratifs (passeports, cartes d’identité, relevés bancaires, reconnaissances de dettes, trésor public justice, police nationale et interpole) ont été également saisi par le Plcc.

Raimi Abdoulaye se faisant remarquer par ses nombreuses sorties médiatiques avec plusieurs liasses de billets de banque. Il n’hésitait pas à distribuer de fortes sommes lors des concerts des artistes du coupé décalé.

Ce mode de vie qui séduit de plus en plus de jeunes, qui refusent les valeurs du travail au profit du gain facile et de la "belle vie", prend de plus en plus de proportion en Côte d’Ivoire. Une façon de vivre qui une fois de plus montre que les cyberdélinquants n’ont aucune morale. La seule logique qu’ils poursuivent c’est l’appât du gain à tout prix.

La lutte contre la cybercriminalité dans nos pays doit être l’affaire de tous.

Penouel D. / Akody.com


Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1731376 : 1.65 mb
MEMORY : 1483920 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.