Publicite

Mort du général Robert Guéï: un assassinat sans auteur ?

Poursuivis pour assassinat et complicité d’assassinat du général Robert Guéï, de son épouse et de sa garde rapprochée, les 19 prévenus ont, tous, rejeté leur responsabilité dans le meurtre de l’ex-chef de la junte militaire et des siens devant le tribunal militaire d’Abidjan. 

Qui a alors tué le général Robert Guéï, Rose Doudou Giéï et les éléments de sa garde rapprochée dont le Capitaine Fabien Coulibaly ? Deux semaines après le début du procès et la comparution des présumés assassins, la question taraude encore la mémoire collective.
Publicite

Tous les prévenus ayant adopté la même ligne de défense : nier en bloc leur implication dans l'assassinat de Robert Guéï et autres. C'est à croire que l'ex-chef de l'Etat, son épouse et sa garde rapprochés se
sont, volontairement, donnés la mort.

Pourtant à la barre du tribunal militaire d'Abidjan, présidé par le magistrat Hors hiérarchie Tahirou Dembélé, 17 des 19 prévenus ont cité le colonel Brunot Dogbo Blé, ex-commandant de la Garde républicaine et le capitaine Anselme Séka Yapo comme, ancien aide de camp de Simone Gbagbo comme étant les ‘'principaux'' instigateurs des meurtres de Robert Guéï et autres.

Des éléments de Dogbo Blé envoyés dans l'enceinte religieux ‘'à la recherche d'assaillants'', selon eux, ont soutenu mordicus devant le juge avoir ‘'remis le général Guéï au colonel Dogbo Blé'' après l'avoir extrait de sa cachette à la Cathédrale St-Paul du Plateau.

‘'Non, M. le président, je n'étais ni à la cathédrale ni à la résidence de Guéï. Je n'ai ni tué Guéï ni fait tuer. Même si on fait deux ans ici, ma position ne changera pas. Je n'étais pas là-bas'', a
déclaré Dogbo Blé en dépit de la confrontation avec son garde de corps, le sergent-chef Kouadio Kouadio qui le fixant dans les yeux, a soutenu ‘' vous étiez à la cathédrale et c'est à vous que j'ai remis
le général''.

Quant au capitaine Anselme Séka Yapo que les témoignages s'accordent à dire qu'il a ‘'tué Rose Doudou Guéï de deux balles dans la tête'' après qu'il ait donné la ‘'mort ‘' à son époux, il a, également, dit
n'avoir aucun lien avec ces meurtres.

‘'Le capitaine Séka est venu prendre le général Guéï des mains du colonel Dogbo Blé et est parti avec lui dans un char'', a témoigné un prévenu. Quel intérêt à avoir le Lieutenant-colonel Julien Kouamé
N'dri à insister devant le tribunal que ‘'le capitaine Séka a tiré à bout portant sur Rose Guéï assise'' ?.

Une énigme que doit démêler le tribunal militaire après la comparution, à partir de lundi, d'une vingtaine de témoins civils et militaires, pour enfin trouver le ou les auteur(s) de ces assassinats.

Le 19 septembre 2002, le général Robert Guéï, ex-chef de la junte militaire (1999-2000), son épouse, et certains éléments de sa garde rapprochée ont été exécutés lors du coup d'Etat manqué qui s'est mué en une rébellion ayant divisé la Côte d'Ivoire en deux parties (2002-20010).

24 militaires dont le colonel Brunot Dogbo Blé, ex-commandant de la garde républicaine et le Commandant Anselme Séka Yapo, ancien chef de la sécurité de l'ex-Première Dame Simone Gbagbo sont poursuivis pour
des faits ‘'d'assassinat et de complicité d'assassinat.

APA 

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1686656 : 1.61 mb
MEMORY : 1478320 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.