Pascal Affi N’Guessan : la voie de la désobéissance civile

Pascal Affi-Nguessan ne veut pas aller aux élections ce  31 octobre et fera tout pour que le scrutin ne se déroule pas à cette date. Convaincu que les dés sont pipés et qu'il faut plus de temps pour organiser des élections justes, l'ancien premier-ministre, arrivé deuxième au scrutin de 2015, est prêt à la désobéissance civile pour avoir gain de cause. Pour lui, les choses sont claires. Avec des relations moins tendues avec son ancien mentor Laurent Gbagbo, il est mieux armé que lors des précédentes élections. Alors pourquoi se laisser entraîner dans une compétition aux conditions défavorables quand cette fois il semble penser qu'il a une réelle chance de tirer son épingle du jeu.


En Côte d’Ivoire, l’ancien président Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'Guessan, arrivé 2e au scrutin de 2015, ont décidé de boycotter l'élection présidentielle si elle est maintenue pour le 31 octobre. « Pour nous, il n'y aura pas d'élection samedi prochain. Nous nous battrons pour qu'elle ne se déroule pas. Il y aura des barrages, les bureaux de vote ne seront pas ouverts, le pouvoir ne pourra pas déployer des dizaines de membres des forces de l'ordre dans chaque bureau de vote et il sera impossible d'organiser une élection sereine, digne de ce nom, qui sera reconnue par la communauté internationale », affirme Pascal Affi N'Guessan.

« Il y aura des barrages, les bureaux de vote ne seront pas ouverts, le pouvoir ne pourra pas déployer des dizaines de membres des forces de l'ordre dans chaque bureau de vote et il sera impossible d'organiser une élection sereine. »

Affranchi de l’ombre de son mentor, Laurent Gbagbo, au prix d’une scission au sein du Front populaire ivoirien (FPI) qui lui reproche d’avoir tenté de tuer le père, celui qui se considère à 67 ans comme la nouvelle garde du parti s’engage résolument sur la voie de la désobéissance civile.

Le prix de l’affranchissement

L’histoire est pavée de Brutus et autres fils ayant tué le père pour sortir de leur ombre. Est-ce ce qui explique l’antagonisme entre Pascal Affi N'Guessan et son mentor Laurent Gbagbo ? En effet, convaincu d’être sorti de l’ombre du second, le premier finit toujours, aussi loin qu’il aille, avoir affaire avec l’ombre de ce père spirituel devenu si gênant. Pourtant, les deux hommes ont été si proches.

Né le 1er janvier 1953 à Bouadikro dans l'est de la Côte d'Ivoire, il rejoint dès 1986 le FPI de Laurent et Simone Gbagbo, après des études supérieures à l'Ecole nationale des postes et télécommunications d'Abidjan. Dans l’univers d’idéologues et de penseurs, constitué par le FPI, le pragmatisme d’un ingénieur, formé entre la Côte d’Ivoire et la France, tel que Pascal Affi N'Guessan marque une différence. Attendu comme un poil sur la soupe, il finit pourtant par nouer une excellente relation avec Laurent Gbagbo qui le prend sous son aile. Les contraires qui s’attirent ? Quoi qu’il en soit, le chef du FPI, ancien leader des manifestations estudiantines, décide de prendre son cadet, bon élève sorti sans tumulte de l’université, sous son aile pour lui faire gravir les échelons dans l’arène politique ivoirienne.

Quatre années seulement, après avoir adhéré au FPI, Pascal Affi N'Guessan, dans la foulée d’un échec à entrer à l’Assemblée nationale, devient maire de Bongouanou, sa région natale. En 1994, il est nommé directeur de cabinet de Laurent Gbagbo. Un an plus tard, en 1995, Pascal Affi N'Guessan est désigné directeur de campagne de Laurent Gbagbo à la présidentielle, que ce dernier boycottera finalement. Le pouvoir ira alors à Henri Konan Bédié.

25 ans plus tard, la leçon a-t-elle été apprise ? Quoi qu’il en soit, ce n’est que partie remise pour Laurent Gbagbo qui remporte l'élection présidentielle du 22 octobre 2000 contre le général Robert Guéï. Le nouveau président nomme alors Pascal Affi N’Guessan Premier ministre de 2000 à 2003. Le jeune loup avait pu se faire les dents sur le portefeuille ministériel de l’Industrie et du Commerce, quelques mois plus tôt, durant la transition militaire ayant suivi le coup d’Etat de Robert Guéï, le 24 décembre 1999. Après avoir pris ses quartiers à la primature, Pascal Affi N'Guessan hérite aussi de la présidence du FPI. Le passage de témoin semble en bonne voie…jusqu’en 2003.

Après avoir pris ses quartiers à la primature, Pascal Affi N'Guessan hérite aussi de la présidence du FPI. Le passage de témoin semble en bonne voie… jusqu’en 2003.

Un an plus tôt, le pays est divisé par le concept de l'Ivoirité. En septembre 2002, une tentative de coup d'Etat va scinder le pays en deux parties. Une rébellion occupe la moitié nord de la Côte d'Ivoire pendant que Laurent Gbagbo ne dirige plus que la partie sud du pays.

En janvier 2003, la France réunit les deux camps à Linas-Marcoussis, au sud de Paris, pour régler le conflit. Laurent Gbagbo envoie son Premier ministre pour les neuf jours de négociations. Pascal Affi N'Guessan finit par signer un accord avec le camp opposé sous l’œil bienveillant de la France. Le texte maintient Laurent Gbagbo au pouvoir, réduit ses prérogatives à la tête d'un gouvernement d’union nationale, faisant la part belle à l'opposition et aux rebelles. Pour beaucoup de membres du FPI, Pascal Affi N'Guessan a tenté de tuer le père. Il reste néanmoins à la tête du parti, qu’il ne contrôlera jamais totalement.

Après la chute de Laurent Gbagbo, à la suite de la crise électorale de 2011, Pascal Affi N'Guessan est arrêté et emprisonné de 2011 à 2013. Finalement, il bénéficie d’une remise de peine pendant que Laurent Gbagbo est envoyé à la CPI. Le chef du FPI est libéré de l’ombre du père, mais à quel prix ? Sa remise de peine suscite la méfiance des fidèles de Laurent Gbagbo.

Guerres intestines

Les Gbagbo ou rien (GOR), une aile du FPI fidèle à l’ex-président ivoirien, refuse de reconnaître Affi N'Guessan comme chef du parti. « Il n’y a pas de vrai patron, il n’y a pas de faux patron. Il y a un patron. Et c’est moi qui suis, depuis 14 ans, président du FPI [...] jusqu’à ce qu’il y ait un congrès pour élire un nouveau président », martèle-t-il. Pour la présidentielle, il doit pourtant recourir à la justice pour représenter son parti. En effet, malgré sa détention à la CPI, Laurent Gbagbo est candidat à la primaire du FPI pour la présidentielle et à la présidence du parti en 2015. Dans ce conflit, la justice tranche en faveur de Pascal Affi N'Guessan au détriment de son mentor. Preuve ultime de la collusion de l’ancien Premier ministre avec le pouvoir ? Les GOR en sont convaincus.

Dans ce conflit, la justice tranche en faveur de Pascal Affi N'Guessan au détriment de son mentor. Preuve ultime de la collusion de l’ancien Premier ministre avec le pouvoir ? Les GOR en sont convaincus.

Pour eux, le FPI ne devrait pas participer au scrutin tant que son leader est à la CPI. Laurent Gbagbo semble également penser désormais que son ancien protégé est un traître. Les deux hommes sont visiblement brouillés.

Le 25 octobre 2015, Pascal Affi N'Guessan arrive deuxième à l'élection présidentielle avec 9,2 % des suffrages et perd face au président Alassane Ouattara. Il comprend que sans une réconciliation avec Laurent Gbagbo, il ne pourra profiter entièrement de son statut de chef du FPI. L’ancien protégé essaie alors de rencontrer son mentor pour arrondir les angles.

Il comprend que sans une réconciliation avec Laurent Gbagbo, il ne pourra profiter entièrement de son statut de chef du FPI. L’ancien protégé essaie alors de rencontrer son mentor pour arrondir les angles.

La première tentative de rencontre échoue en mars 2019 à Bruxelles. Pascal Affi N'Guessan rentre à Abidjan sans avoir rencontré Laurent Gbagbo. Ce dernier exigeait qu'Affi N'Guessan abandonne la présidence du FPI. Son ancien protégé devait le reconnaitre dans une déclaration publique. Pascal Affi N'Guessan rentre à Abidjan courroucé. Deux rencontres auront finalement lieu en janvier 2020 à Bruxelles. Depuis, les choses semblent un peu moins tendues, même si les GOR refusent toujours de se soumettre. Le chef du FPI décide alors de se présenter à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020.

La voie de la désobéissance civile

Le 22 septembre, Pascal Affi N'Guessan décide de boycotter le scrutin. « Je ne serai pas l’accompagnateur d’un résultat pré-déterminé qui me priverait de ma victoire et de l’immense espoir qu’elle constituera », déclare-t-il. Il ne souhaite pas être le comédien de la victoire dès le premier tour scénarisé, selon lui, par Alassane Ouattara, avec l’aide d’un Conseil constitutionnel et d’une Cour électorale indépendante à sa dévotion. Pour cela, Pascal Affi N'Guessan promet un boycott actif. « Nous attendons que le peuple se dresse pour faire barrage ». Malgré tout, il ne retire pas sa candidature pour ne pas participer « par abstention » au jeu du président sortant.

En 1995, Laurent Gbagbo appelait au boycott de l'élection présidentielle pour apporter son soutien à Alassane Ouattara, dont la candidature avait été écartée, faute de prouver son ascendance ivoirienne. Malgré tout, Henri Konan Bédié, président de l'Assemblée nationale, avait été élu avec 96,44 % des suffrages. 25 ans plus tard, son ancien protégé, Pascal Affi N'Guessan, tente de faire mentir l’histoire. Mais il faut le reconnaitre, ses chances sont minces, surtout s’il doit, en plus, affronter une partie des siens. Peut-être, comme son père politique, devra-t-il attendre l’édition suivante ? Pour le moment, il a choisi la voie de la désobéissance civile, dans un pays où ce choix a souvent mené à des évènements tragiques.

Agence Ecofin
Servan Ahougnon

Laisser un commentaire

PEAK : 1779232 : 1.7 mb
MEMORY : 1542184 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.