Politique : Affaire CNT, ‘’Guikahué interpellé, Affi et Mabri activement recherchés’’, Procureur de la République, Richard Adou

En conférence de presse ce vendredi 6 novembre 2020, le Procureur de la Republique, Richard Adou a revelé que Maurice Gukahué a été interpellé,  Affi et Mabri sont « activement recherchés pour attentat contre l’autorité de l’Etat ». Le président Bédié n’est ni en état d’arrestation, ni assigné à résidence  » a révélé le Procureur Richard Adou. Selon lui, le CNT avait pour finalité d’attenter à l’autorité de l’État afin de parvenir au renversement de la République.


Il a expliqué que la création du Conseil national de transition (CNT) et les actes émanant de cet organe « avaient pour finalité d’attenter à l’autorité de l’État afin de parvenir au renversement de la République, des actes constitutifs d’attentat et de complot contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire national. »
Le procureur de la République a fait savoir que dans le cadre de la même enquête, plusieurs personnes dont Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif du PDCI, ont été interpelées le 03 novembre 2020 au domicile de l’ex-président Henri Konan Bédié.

Pascal Affi N’Guessan et Albert Toikeusse Mabri, membres du CNT, sont « activement recherchés » pour complot contre l’autorité de l’État. «Plusieurs personnes qui ont participé à cette conjuration et qui sont parvenues à prendre la fuite sont activement recherchées. Il s’agit de Pascal Affi N’Guessan et Abdallah Albert Toikeusse Mabri», a annoncé le procureur de la République Richard Christophe Adou.

A la question de savoir, pourquoi Henri Konan Bedié ne figure pas parmi les personnes interpellées, voici la réponse du procureur : «Le procureur de la république lorsqu’il est saisi d’une situation, dispose de tous les moyens qui sont sur sa table. Des arrestations, des mandats et autres. Il est clair que le procureur de la république à l’opportunité des poursuites. Avant d’interpeller quelqu’un, il s’assure que cette personne eu égard à son âge, eu égard à ses conditions physiques, peut supporter la détention. C’est pour cela que ayant l’opportunité des poursuites, le procureur n’a pas trouvé nécessaire de procéder à l’arrestation du président du conseil national de transition, tel que ça été annoncé. Il n’est pas interpellé mais ce sont des options dont dispose le procureur qui sont  sur la table. Mais comme je l’ai indiqué, le procureur  l’opportunité des poursuites en fonction de la personnalité de la personne qui est mise en cause dans le cadre d’une procédure », a indiqué le magistrat.

Lundi dernier, la plateforme de l’opposition ivoirienne qui a dit ne pas reconnaître l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre dernier,  a annoncé la création du Conseil national de transition ( CNT), un organe de transition présidé par Henri Konan Bédié, le président du PDCI qui devrait mettre en place un gouvernement de transition.

En retour, le gouvernement ivoirien qui a qualifié la création du CNT « d’acte de sédition », a saisi le procureur de la République pour lancer des poursuites judiciaires contre les promoteurs de cet organe dit de transition.
Voici la liste des personnes interpellées le 3 novembre 2020 au domicile de Henri Konan Bédié.
Le 20 septembre 2020, certains responsables de partis et groupements politiques de l’opposition ont lancé un appel à la désobéissance civile.

Cet appel à la désobéissance civile s’est traduit par la commission dans plusieurs localités du pays, d’actes constitutifs des infractions pénales ci-après : actes de terrorisme ; meurtres ; coups et blessures volontaires ; diffusion de nouvelles fausses ; incendie de moyen de transport public de personnes ; destruction par incendie de véhicule appartenant à autrui ; vol et destruction du matériel électoral ; apologie des crimes de meurtre ; pillage et incendie ; destruction d’édifices ; troubles à l’ordre public ; entraves à la liberté de circuler par la pose de barricades de toute nature sur la voie publique.

La désobéissance civile s’est également traduite par un appel au boycott actif de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, à l’initiative de ces mêmes partis et groupements politiques de l’opposition.
Ce boycott actif a entrainé la commission par les partisans de ces partis et groupements politiques, de nombreux actes d’une particulière gravité, notamment l’empêchement du vote, des meurtres, des coups et blessures volontaires, des incendies volontaires, des destructions d’édifices et de biens, des entraves à la libre circulation des biens et des personnes, incitation à la haine et à la violence, diffusion de nouvelles fausses dans le but de créer des affrontements intercommunautaires, etc.

Le Procureur de la République s’incline devant la mémoire des personnes décédées. Il adresse ses condoléances aux familles de ces personnes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.
Le lundi 02 novembre 2020, Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN, s’exprimant au nom de ces partis et groupements politiques, a fait l’annonce de la mise en place d’un organe de transition dénommé Conseil National de Transition. Cet organe, selon ses initiateurs, devait se substituer aux institutions en place. Les instigateurs de cet organe ont même annoncé la formation d’un Gouvernement de transition.
A l’analyse, tous les actes perpétrés et commandités par les promoteurs de cet organe avaient pour finalité d’attenter à l’autorité de l’Etat afin de parvenir au renversement des institutions de la République.
Ces actes sont constitutifs d’attentat et de complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national.
Le 30 octobre 2020, j’ai saisi le doyen des juges d’instruction en vue de l’ouverture d’une information judiciaire pour :  actes de terrorisme ; attentat et complot contre l’autorité de l’État ; meurtres ; vol et vol en réunion avec violence portant sur du matériel électoral et divers autres biens ; destruction volontaire de biens immeubles appartenant à une personne morale de droit public et de biens meubles (matériel électoral) ; incendie et destruction de véhicules appartenant à autrui ;incendie volontaire de moyen de transport public de personnes, de biens immeubles ainsi que de divers autres biens appartenant à autrui ; pillage de marchandises et de propriétés immobilières ; coups et blessures volontaires ; organisation et participation à un mouvement insurrectionnel ; organisation et participation à une manifestation non déclarée ou interdite ; perturbation de réunions ou d’assemblées ; provocation au crime de meurtre ; apologie du crime de meurtre ; atteinte aux opérations électorales et à l’exercice du droit de vote ;publication et divulgation de nouvelles fausses, faits prévus et punis par les articles 3, 8 et 10 de la loi n°2015-493 du 07 juillet 2015 portant répression du terrorisme modifiée par la loi n°2018-864 du 19 novembre 2018 ; les articles 162, 163, 176, 177, 179, 183, 184, 185, 190,196, 197, 198, 202, 242, 254, 350, 352, 381-3° et 4°, 457, 458, 459, 460, 461, 462, 485 alinéa 1 et 2, 486, 493 et 495 du code pénal.

C’est le lieu d’indiquer que plusieurs personnes sont déjà détenues. Il s’agit de :
N’DAPRI DJAHA ANGE FÉLIX;
KOUDOU YANNICK ARNAULT ALIAS JAGUAR, MEDVEDEV, YANN NATIONAL, KILO, MORGANE;
BAYE DJAHOURI ABDOUKARIM;
DAGO DAZIE JEAN;
WAYORO DREHIRI AIME CYRIL ALIAS MACHOIRON DU DESERT ;
TAYOU KANEZA VENANCE ALIAS LE TCHE
AYOUB ZEINAB
MIEZAN KOUADIO KOUATRIEN BE N’GOULOHIE alias DJ VOLCANO

Il reste entendu que les procédures déjà ouvertes dans le cadre d’infractions qui ont un lien de connexité avec la présente procédure seront jointes à celle-ci.
Dans le cadre de l’enquête ouverte, plusieurs personnes ont été interpellées le 03 novembre 2020 au domicile du Président Henri Konan BEDIE. Il s’agit de :
MAURICE KAKOU GUIKAHUE
BASSY-KOFFI BERNARD
SERI BI N’GUESSAN
N’DRI KOUADIO PIERRE NARCISSE
N’DRI JEAN CLAUDE
EZALEY GEORGES
KAMAGATE BRAHIMA
YAPO VALERIE YOLANDE
YAO ALEX HALLANE CLEMENT
DAMOIS DESIREE
ANGOH KOUAKOU CASIMIR
N’DIAYE AMINATA
BEDIE KOUAKOU MARCEL
BEDIE KOFFI ANTOINE
ANDI DANIEL
YAO KOUAME PATRICK
JOSEPH KOKOURA
ESSOUBO YABA EPSE ETTE VINCI
BOMOH ALICE TRINITE
BLESSY JEAN CHRYSOSTOME
SUY BI GOHORE EMILE
Parmi ces personnes, 09 ont déjà été libérées. Il s’agit de :
ESSOUBO YABA EPSE ETTE VINCI
BOMOH ALICE TRINITE
BLESSY JEAN CHRYSOSTOME
SUY BI GOHORE EMILE
BEDIE KOUAKOU MARCEL
BEDIE KOFFI ANTOINE
ANDI DANIEL
YAO KOUAME PATRICK
JOSEPH KOKO URA

Plusieurs autres personnes qui ont participé à cette conjuration et qui sont parvenues à prendre la fuite sont activement recherchées.
Il s’agit de :
PASCAL AFFI N’GUESSAN
ABDALLAH ALBERT TOIKEUSSE MABRI
L’enquête ouverte permettra d’interpeler toutes les personnes ayant participé à quelque degré que ce soit à cette entreprise criminelle.
Cette enquête va s’étendre sur l’ensemble des localités où ces faits d’une particulière gravité ont été commis pour en appréhender les auteurs et les complices.
Je tiens particulièrement à féliciter les forces de défense et de sécurité qui, dans le cadre du maintien de l’ordre, ont fait preuve d’un grand professionnalisme.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1753800 : 1.67 mb
MEMORY : 1530936 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.