Politique : Affaire Guillaume Soro, Richard Adou « L’exécution du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro, ne dépend pas de moi »

Le procureur de la république Richard Adou a annoncé ce lundi 20 janvier lors d’une conférence de presse,  la désignation d’un membre de la cour de cassation pour procéder à des actes d’instructions, dans la procédure initiée à l’encontre de Monsieur Soro Kigbafori Guillaume, pour des faits de recels de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux. 


 « Par requête en date du 7 janvier 2020, le procureur de la république d’Abidjan a saisi la cour de cassation au fin de la désignation d’un membre de cette cour pour procéder à des actes d’instructions, dans la procédure initiée à l’encontre de Monsieur Soro Kigbafori Guillaume, pour des faits de recels de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux.

Cette requête a été adressée à la haute juridiction, eu égard à la qualité de membre du gouvernement de mis en cause, au moment de la commission des faits à lui reprocher ». a-t-il laissé entendre.
Adou Richard a déclaré que dans le cadre du mandat d’arrêt émis contre Soro Guillaume ne dépend pas de lui. « Le mandat d’arrêt international a été signé et co-signé et adressé aux autorités amis dans le pays ou les pays où la personne recherchée est susceptible de se trouver. Mais, évidemment, l’exécution ne peut pas dépendre de moi, Procureur de la république d’Abidjan ».

Poursuivant dans son explication, Adou Richard a rassuré les médias que « le mandat d’arrêt international est en cours et nous attendons donc sa bonne exécution. Nous avons contacté des structures pour l’exécuter et je crois que les discussions sont en bonne voie à cette fin », a-t-il ajouté.

Selon Adou Richard, la constitution de novembre 2016, prévoit en son article 158 que les membres du gouvernement pour les faits commis dans le cadre de l’exercice de leur fonction relève de la juridiction de la Haute Cour de Justice.

Mais « elle n’a pas été mise en place, et la même la constitution en son article 181 dit que jusqu’à ce que les institutions nouvelles soient établies, ce sont les juridictions en place qui ont la possibilité de juger pour ne pas qu’il y ait de vide juridique en la matière », a-t-il mentionné.

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1703896 : 1.62 mb
MEMORY : 1503640 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.