Publicite

Politique : Appel de Bédié au stade FHB, Le secrétaire général de l’ONU officiellement saisi (Maurice Kakou Guikahué)

Dans son discours du samedi 10 octobre 2020 au stade Félix Houphouët-Boigny, le président Henri Konan Bédié a saisi l’ONU pour qu’elle intervienne en Côte d’Ivoire. « Je demande ici, solennellement, au secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Antonio Guterres, de se saisir du dossier ivoirien pour la mise en place d’un organe électoral, véritablement indépendant et crédible avant l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020 » avait dit le président du PDCI-RDA. Où en est cet appel ? Le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué, nous situe à travers les colonnes du Nouveau Réveil, journal proche du PDCI-RDA.   

« Dans le même ordre d’idée, quand la mission conjointe de la CEDEAO, l’Union Africaine et l’ONU est arrivée en Côte d’Ivoire, le président, dans la conclusion de son intervention, a demandé l’arrivée d’un facilitateur ou d’un médiateur de la crise ivoirienne, pour régler les problèmes afin d’aller aux élections.

C’est dans la même logique qu’il a lancé cet appel solennel, en demandant au secrétaire général de l’ONU de prendre en main le dossier ivoirien afin avoir des élections crédibles et transparentes. Cet appel n’a pas été vain, il a été suivi d’une correspondance formelle, d’une requête écrite que je viens de déposer, ce matin à 10 heures, auprès du représentant résident du PNUD en Côte d’Ivoire. Il m’a bien reçu et il m’a dit qu’avant midi, le SG de l’ONU allait être saisi officiellement du courrier du président Henri Konan Bédié.

En voici où nous en sommes. Nous avons fait la requête formelle », a déclaré, ce matin, le Pr Maurice Kakou Guikahué.

Il invite les militants à maintenir la mobilisation dans le cadre de désobéissance civile lancée depuis le 20 septembre. « Les jours à venir, c’est la désobéissance civile sans violence, je le précise. Le mot d’ordre est maintenu. Depuis le 20 septembre, le président a dit désobéissance civile, mais programmée. Le premier acte, c’était le stade Houphouët-Boigny et d’autres actions de désobéissance civile suivront. Nous n’avons pas d’armes, mais on peut protester. Il y’a plusieurs façons de protester et nous démontrer ces actions de protester », a-t-il lancé.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1740264 : 1.66 mb
MEMORY : 1513136 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.