Politique : Après la rencontre Ouattara-Macron à l'Elysée, voici la réaction de la classe politique ivoirienne

Vendredi 4 septembre 2020, le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue français Emmanuel Macron  ont eu un déjeuner à l'Elysée. Même si aucun communiqué officiel n'a sanctionné la rencontre, le chef de l'Etat de la République de Côte d'Ivoire a qualifié d’« excellent » le déjeuner de travail avec Emmanuel Macron. L’opposition ivoirienne a de son côté insisté sur le silence de l’Elysée à la suite de cette rencontre. Pas de conférence de presse, pas même un communiqué du côté de Paris. « J’ai eu un excellent déjeuner de travail avec mon ami, le président @EmmanuelMacron. Nous nous sommes réjouis de nos convergences de vues sur la situation économique et politique en CI, notamment l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, dans un climat de paix », a écrit Alassane Ouattara sur Twitter.


La classe politique ivoirienne n’est pas avare de commentaires au lendemain de cette rencontre entre les deux Chefs d’Etat. Le silence de l’Elysée est l’objet de multiples réactions et interprétations. Un silence qui permet à Jean-Louis Billon, secrétaire exécutif du PDCI, de railler Alassane Ouattara dans un tweet : « le président ivoirien parle de convergences de vues avec le président Macron, ne confondrait-il pas désir et réalité ? » ironise l’ancien ministre du Commerce, qui rappelle par ailleurs que le président français avait salué, en mars dernier, la décision du chef de l’Etat ivoirien ne pas se représenter.

Guillaume Soro ex-Premier Ministre, et aujourd’hui candidat au poste suprême, a réagi en tournant en dérision la rencontre avec son ancien mentor. « Afrique mon Afrique ! Le papa (Ado-78ans) & le fiston (Macron-42ans) l’un quémandant le soutien de l’autre pour son 3ème mandat INCONSTITUTIONNEL. La France nation des droits de l’homme festoie avec celui qui détient dans ses geôles près de 250 Ivoiriens dont des femmes et des députés », a commenté Guillaume Soro.

Avant la rencontre Macron-Ouattara, deux opposants avaient demandé à la France de réagir à la candidature du président ivoirien à un troisième mandat. L'ancien chef rebelle et ex-Premier ministre Guillaume Soro, candidat déclaré malgré son exil en France et une condamnation par la justice ivoirienne, a dénoncé dans une lettre ouverte le «silence assourdissant» de la France, estimant que celui-ci était «incompréhensible et (...) vaudrait complicité»

Pascal Affi N'Guessan, arrivé deuxième au scrutin de 2015 et à nouveau candidat à la présidentielle du 31 octobre, a lui exhorté le président Macron à sortir du «silence» et à «ne pas cautionner le coup de force institutionnel» perpétré selon lui par M. Ouattara. Mais les partisans de M. Ouattara affirment que le changement de Constitution a remis le compteur à zéro.

 L'annonce de la candidature de M. Ouattara a provoqué des manifestations qui ont dégénéré en violences ayant fait une quinzaine de morts.

La commission électorale indépendante (CEI) de Côte d'Ivoire a annoncé jeudi avoir reçu 44 dossiers de candidature, dont ceux de Laurent Gbagbo, toujours en Belgique, et de Guillaume Soro, en exil  en France.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1744504 : 1.66 mb
MEMORY : 1538640 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.