Publicite

Politique : Charles Blé Goudé annonce la création d’une nouvelle coalition qu’il dirigera

Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des jeunes patriotes et ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, était l’invité hier de la télévision française France 24. Au cours de cet entretien, le fondateur du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP) a clairement indiqué qu’il souhaite retrouver sa terre natale.   

« Je compte rentrer chez moi et je pense que tout cela se discute, vu les contacts que je suis en train de prendre, on discutera. Si ça aboutit, tant mieux, si ça n’a pas abouti, on continuera toujours de parler », a-t-il déclaré. Pour le patron du COJEP, l’heure est désormais à la réconciliation de tous les Ivoiriens. « C’est mon intention et ma volonté de rentrer chez moi bientôt. La Côte d’Ivoire a une longue tradition de réconciliation et de paix. La Cour pénale internationale met la Côte d’Ivoire face à ses responsabilités. Il appartient à la Côte d’Ivoire de saisir cette perche-là pour regrouper ses filles et ses fils pour faire oublier cette page douloureuse que notre pays a connue. J’espère que cela sera fait », s’est exprimé Charles Blé Goudé.

Il a pris pour exemple Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara qui ont tous connu l’exil avant de regagner les bords de la lagune Ébrié. « Laurent Gbagbo, après 6 ans d’exil, est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par l’ancien président Houphouët-Boigny en septembre 1988. Henri Konan Bédié, en exil, a été accueilli par le président Laurent Gbagbo en octobre 2001. Alassane Ouattara est rentré chez lui, accueilli par le président Laurent Gbagbo. Nous étions en novembre 2001 », a-t-il rappelé.

Le fidèle compagnon de l’ancien Président Laurent Gbagbo a annoncé la création d’une nouvelle coalition qu’il dirigera. « D’ici le 13 juin, je serai à la tête d’une coalition qui va porter la voix des Ivoiriens », a-t-il affirmé. Cette alliance sera constituée, a-t-il révélé, de syndicats, d’organisations de la société civile et d’autres types d’associations. 

L’ancien ministre de la Jeunesse affirme, par ailleurs, ne pas avoir parlé avec Laurent Gbagbo depuis la décision des juges sur leur liberté conditionnelle et ajoute que c’est à l’ancien président de dire s’il souhaite, ou non, être candidat à la présidentielle prévue en octobre prochain. « Cela est une décision personnelle. Cette décision revient exclusivement à Laurent Gbagbo. Il n’est pas bon que d’autres personnes veuillent lui imposer un autre agenda. C’est à lui seul de se décider et tout le monde avisera. Il est notre leader et s’il décide ainsi, nous l’accompagnerons », a-t-il déclaré. Avant de préciser qu’il ne pourra pas faire acte de candidature si le fondateur du FPI envisage de briguer à nouveau la magistrature suprême. « Mais cela dit, s’il n’est pas candidat, et que les circonstances me le permettent, je n’hésiterai pas. Pour l’instant, je suis en train de m’organiser avec mes camarades pour que le vote puisse avoir tout son sens », a-t-il spécifié. De plus, il a affirmé que si l’ex-Première dame, Simone Gbagbo, veut être candidate, cela relève d’une décision personnelle.

Il assure “tendre la main” au président Alassane Ouattara, soulignant qu’un tel geste serait un symbole fort de réconciliation. « Faire la paix après une crise aussi profonde comme celle que notre pays a connue ne se fait pas à coup de bâton magique. Il faut sûrement qu’il y ait un peu de volonté et la mienne existe. Je tends la main au président Alassane Ouattara et à toute son équipe », a-t-il révélé.

Charles Blé Goudé se dit confiant que la condamnation en décembre 2019 à vingt ans de prison, dont il fait l’objet en Côte d’Ivoire, pour “meurtre, actes de torture et viols” pourra être écartée dans le cadre de négociations avec le pouvoir, rappelant que l’actuel président Alassane Ouattara a lui-même fait l’objet de poursuites en son temps, avant de pouvoir rentrer au pays. Il se refuse, par ailleurs, à commenter les accusations de l’ancien Premier ministre Guillaume Soro, selon qui le pouvoir en place utilise les procédures judiciaires pour écarter tous ses adversaires à la prochaine élection présidentielle, affirmant qu’il n’est pas “un commentateur”.

Depuis le jeudi 28 mai 2020, Charles Blé Goudé et son mentor Laurent Gbagbo ont appris la bonne nouvelle de la levée des mesures de restriction de leur liberté par la Cour pénale internationale (CPI). En effet, dans une déclaration, la Chambre d’appel a signifié que dorénavant, les deux hommes peuvent se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’État d’accueil.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1726688 : 1.65 mb
MEMORY : 1506256 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.