Publicite

Politique : Code électoral, CNI, Maurice Kakou Guikahué déballe tout !

Le Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué, dans une interview accordée au journal le ’’Nouveau Réveil’’, fait des précisions en ce qui concerne le dialogue politique sur le code électoral, et la carte nationale d’identité. 
Publicite


Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, a au cours d’une conférence de presse le jeudi dernier, estimé que contrairement à ce que l’opposition ivoirienne avance concernant le dialogue politique sur le code électoral, il y’a plutôt eu des accords. Maurice Kakou Guikahué, rappelle sur certains points de la discussion et donne sa position.

« Le Premier ministre nous a convoqués à une réunion, le 9 janvier et il a appelé ça une plénière des chefs des partis politiques.

A la suite de cette réunion, il a été décidé de mettre en place des équipes d’experts pour approfondir les discussions. Les experts ont eu trois réunions. Cela veut dire que les chefs des partis politiques n’étaient pas aux réunions des experts. 

 C’est ainsi qu’à la fin des trois réunions, un draft, un projet de rapport a été adressé à toutes les parties prenantes (…) Le gouvernement nous a envoyé une correspondance, nous invitant à une plénière de validation et de signature du rapport. Cela veut dire que si on convoque une réunion pour valider, c’est qu’on va aller valider un projet.

Donc, peut-être que le Premier ministre est allé un peu vite, mais quand nous sommes arrivés, ce qu’il aurait pu faire, c’était de laisser le ministre de l’Administration du territoire qui est le secrétaire de séance, donner lecture du projet de rapport. Et interroger officiellement les uns et les autres pour savoir quelle est la réaction de chacun.

S’il y avait des discussions, on aurait pu dire où sont les points d’accord, les points de convergence et les points de désaccord.

Mais en pleine réunion, ça pouvait ne pas aboutir, mais il y aurait eu un document et le Premier ministre pouvait dire qu’il s’en remet au président qu’il l’a mandaté. Mais rien de tout cela », lance le Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA.

« Quand le Premier ministre est venu, on n’a lu aucun papier. Donc, officiellement, on ne sait même pas s’il y a un projet de rapport, parce que rien n’a été lu. Il a dit : bon, selon les rapports qui sont en ma possession, il y a des accords, des désaccords, des recommandations, donc puisque c’est le président qui m’a mis en mission, je remets le dossier au président. Et il lève la séance. Ça veut dire qu’il n’y a pas eu de validation de rapport.

Donc, aucun rapport n’existe. Il y a des comptes rendus parcellaires faits par nos experts. On n’a pas confronté les différents points de vue. Nous en ce qui nous concerne, aucun rapport n’existe. Parce que l’ordre du jour était clair.

On a dit validation, rien n’a été validé. Donc, les discussions sont suspendues », a-t-il indiqué.

Sur la demande de l’opposition ivoirienne de ‘’discuter directement’’ avec le Président de la République, Maurice Kakou Guikahué  s’est voulu plus clair.

« Lui (Gon Coulibaly), il a dit qu’il mettait fin à sa participation puisqu’il a dit qu’il clôture, alors, nous, nous avons demandé au président de la République de prendre le relais, parce que celui qu’il nous a envoyés, a dit qu’il ne peut plus continuer.

Alors que nous sommes en pleine discussion, on n’a pas conclu. Donc que le président prenne le relais pour discuter avec nous. On ne peut pas prendre ces discussions d’experts pour en faire un document de discussions.

Le faire, c’est vraiment avoir une vision erronée des choses.  Nous avons lancé cette demande et nous allons nous donner les moyens officiels pour faire savoir au président de la République que le dialogue s’est enlisé et que nous n’avons pas conclu.

Donc, on ne peut pas utiliser un élément des discussions. Il y a eu des discussions, mais, il n’y a pas eu de conclusion. Mais, nous sommes dans un pays de dialogue et puis, nous pensons honnêtement que si le président a eu le souci d’ouvrir une discussion, c’est parce qu’il trouve qu’elle est nécessaire.

Donc, cette discussion va aboutir. Maintenant, s’il ne nous revient pas, ça veut dire que c’était de la propagande et qu’il n’y croyait pas du tout », a déclaré M. Guikahué.

Le texte sur le code électoral sera transmis à l’assemblée nationale.  À cette question, Guikahué répond : « Le gouvernement peut envoyer son texte, sinon s’il envoie un texte, ce ne sera pas ce que nous, nous avons discuté. Ce que nous, nous avons discuté, il n’y a pas eu de conclusion ».

Sur la question de l’établissement de la Carte nationale d’identité, le Secrétaire exécutif annonce que ‘’le Pdci va donner sa position’’ très bientôt.

« Nous avons fait un travail de terrain et très bientôt, le Pdci va donner sa position sur la carte nationale d’identité. Nous avons dit qu’il fallait quitter l’émotion pour la réalité, en tant que parti responsable, quand nous déclarons des choses, elles doivent être vraies. Donc, très bientôt, vous allez entendre le PDCI ».

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1723616 : 1.64 mb
MEMORY : 1505232 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.