Publicite

Politique : Code électoral, l’opposition exige un dialogue direct avec Alassane Ouattara

L’opposition ivoirienne a organisé ce mardi 18 février 2020 à la maison du PDCI à Cocody, une conférence de presse relative au dialogue politique. 

Publicite

Le CDRP, EDS, l'URD, le FPI, le GPS- LIDER et autres mouvements d'opposition réunis au siège du PDCI ont affirmé leur volonté d'aller aux élections de 2020.

« Il faut que les choses soient claires. Nous participerons à toutes les élections. Il n’est pas question pour nous de boycotter quel qu’élection que ce soit.

Cependant, nous nous battrons pour que les conditions d’élection soient crédibles. Il faut qu’on se le dise. Parce que nous ne voulons pas d’élection avec une crise postélectorale », a déclaré Armand Ouégnin, président de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS).

Pour Armand Ouégnin, il n’est plus question d’organiser des élections avec des morts, ni de blessés, ainsi que des exilés.

« Le peuple ivoirien a trop souffert », a-t-il déclaré. Le président de EDS appel le pouvoir à reprendre les négociations : « Nous demandons à ce qu’on revoit ces discussions.

Nous demandons dans l’intérêt suprême de la Côte d’Ivoire incessamment et urgemment que les conditions soient acceptables par tous. Si certains pensent que nous allons boycotter, et c’est la raison pour laquelle on joue à ce jeu, qu’ils se détrompent », a lancé Armand Ouégnin.

Le Pr Maurice Kakou Guikahué, intervenant au nom de la Coalition pour la Réconciliation, la Démocratie et la Paix (CRDP) a déclaré l’échec du gouvernement dans sa mission liée au dialogue politique.

« Le gouvernement a fait la politique de la chaise vide. Il a fui le débat et est incapable de mener la discussion. On ne veut plus du gouvernement du Premier ministre Gon qui a échoué. Nous demandons un dialogue direct avec le président de la République », a-t-il exigé

Guikahué a fait observer que l'ordre du jour de cette rencontre du lundi 17 février 2020 était : «validation et signature des accords ».

Or, il n'y a pas eu ni lecture et ni signature du document final sanctionnant les discussions entre l'opposition et le gouvernement.

Pour l’opposition, il est désormais hors de question de retourner à une table de discussions avec le Premier ministre Amadou Gon comme interlocuteur dans le cadre du dialogue sur la réforme du code électoral.

L’opposition ivoirienne dans son ensemble a appelé, le président de la République, Alassane Ouattara à entamer “un dialogue direct”,  dans un cadre “rénové, consensuel, inclusif et crédible au regard de l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire” pour un processus électoral apaisé.

 «Le gouvernement a échoué. On demande un dialogue direct avec le président Alassane Ouattara », a conclu Maurice Kakou Guikahué.

 

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1758568 : 1.68 mb
MEMORY : 1542560 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.