Publicite

Politique : Décisions de la CADHP pour Gbagbo et Soro, « nulles » et « nous ne les appliquerons pas », Alassane Ouattara

Le président ivoirien Alassane Ouattara, a affirmé ce samedi 26 septembre que les décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), qui a ordonné vendredi la réinscription de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo sur le fichier électoral, sont « nulles » et ne seront pas appliquées en Côte d’Ivoire.En visite d'État dans la région de la Marahoué, Alassane Ouattara a tenu à répondre à cette injonction de la Cour d'Arusha par une fin de non-recevoir. En meeting de clôture à Bouaflé, le samedi 26 septembre, le Président de la République s'est voulu catégorique : ‘’ Ce sont des décisions qui sont nulles et de nul effet. Nous ne les appliquerons pas et nous n'avons pas l'intention de les appliquer’’.


« Nous nous sommes déjà prononcés sur les décisions de la Cour africaine. Ce sont des décisions nulles et de nul effet qui porteraient atteinte à notre souveraineté. Nous ne les appliquerons pas, nous n’avons pas l’intention de les appliquer », a tranché M. Ouattara.

Tirant motif de ce que la Côte d'Ivoire est un pays souverain, le Président Ouattara fait remarquer que près de la moitié des pays membres de la Cour africaine, ont retiré la compétence à ladite Cour. « il n’y a que six pays qui reconnaissent l’autorité » de la CADHP, a-t-il dit.

La Cour africaine a ordonné vendredi au gouvernement ivoirien de « lever immédiatement les obstacles empêchant » M. Gbagbo de « s’enregistrer sur la liste électorale » et de « suspendre la mention de la condamnation pénale » de son « casier judiciaire » jusqu’à ce qu’elle se « prononce sur le fond de la requête principale ».

L’ex-président a vu sa candidature à la présidentielle du 31 octobre rejetée en raison de la radiation de son nom sur la liste électorale, suite à une condamnation par contumace à 20 ans de prison à Abidjan pour l’affaire dite du « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), lors de la crise de postélectorale de 2010-2011.

La CADHP a rendu une décision similaire en faveur de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, dont la candidature a également été rejetée, suite à une condamnation à 20 ans de prison ferme pour blanchiment de capitaux et détournement de deniers publics entre autres.

Le 29 avril, la Côte d’Ivoire a décidé de « retirer sa déclaration de compétence de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples » suite « aux graves et intolérables agissements » de la Cour africaine, qui a ordonné la suspension des mandats d’arrêts contre Soro et 19 de ses proches.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1728400 : 1.65 mb
MEMORY : 1506048 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.