Publicite

Politique : Des représentants de l’opposition suspendent leurs fonctions à la CEI centrale, Issiaka Sangaré (FPI) donne les raisons

Deux représentants de l’opposition ivoirienne, siégeant au sein de la Commission électorale centrale, ont notifié hier mercredi au président de la Commission électorale indépendante (CEI), la suspension de leurs fonctions, selon une note de l’institution. Il s’agit de « messieurs Yapo Yapi, commissaire central et Dogou Alain, commissaire central et deuxième vice-président à la Commission électorale indépendante », indique l’institution en charge d’organiser l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.   

Selon la note, ils ont « notifié ce mercredi 30 septembre 2020 au président de la CEI, la suspension de leurs fonctions de commissaires centraux-superviseurs et de 2e vice-président de la Commission électorale indépendante ».

Selon Issiaka Sangaré, secrétaire général du FPI, dirigé par Affi N’Guessan, l’Alliance des forces démocratiques (AFD) dirigée par Affi N’Guessan et la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP) de Kabran Appiah, ont demandé ce mercredi 30 septembre 2020 à Cocody au siège du Front populaire ivoirien (FPI) à leurs représentants de suspendre leur participation aux activités de la CEI.

Ainsi Alain Dogou de l’AFD et Yapi Yapo de la LMP sont appelés à ne plus participer aux activités de l’institution en charge des élections, jusqu’à nouvel ordre.

Le secrétaire général de la branche du FPI que dirige Affi est revenu sur plusieurs points de blocage lors des négociations entamées avec le gouvernement ivoirien sur les conditions générales des élections qui les ont poussés à prendre cette décision.

Issiaka Sangaré a dénoncé la volonté du gouvernement ivoirien de ne pas appliquer la décision la cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), qui demande la recomposition des CEL. Il a également fait remarquer que le gouvernement n’a donné suite à leurs revendications concernant la recomposition des bureaux de CEL.

Issiaka Sangaré est par ailleurs revenu sur la décision du Conseil constitutionnel qui a validé la candidature d’Alassane Ouattara qu’il juge "illégale".

Enfin, l’AFD et la LMP demandent au gouvernement ivoirien, le report de la prochaine élection présidentielle afin d’asseoir les bases d’une véritable élection transparente au Pays.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1737440 : 1.66 mb
MEMORY : 1508568 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.