Publicite

Politique : Guillaume Soro condamné à 20 ans de prison ferme par le parquet d’Abidjan

L’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro, a été condamné ce mardi 28 avril 2020, par la justice ivoirienne à « 20 ans de prison ferme, à payer 4,5 milliards de FCfa et à la privation de ses droits civiques pendant cinq (5) ans ». 

Le député de Ferkessédougou a été condamné pour « détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux portant sur la somme 1,5 milliard de FCFA .

Le patron de Générations et Peuples Solidaires (GPS) a écopé de 20 ans de prison ferme, d'une amende de 4,5 milliards de francs CFA et de 5 ans de privation de ses droits civiques. Le concerné a immédiatement réagi sur sa page Facebook via une publication.

« C’est une sentence qui ne nous émeut absolument pas. La parodie de procès à laquelle nous avons assisté ce jour est la preuve ultime que l’Etat de droit est définitivement enterré par Alassane Ouattara », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

En dépit de la privation de droits dont il est l’objet, l’ancien secrétaire général de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) soutient mordicus qu’il sera bel et bien candidat à la présidentielle d’octobre prochain.

« Cette décision ne nous ébranle pas. Je considère ce verdict comme un non-événement, je maintiens ma candidature à la présidentielle et je demande à tous mes partisans de demeurer mobilisés et de continuer le travail de mobilisation et d’implantation », a-t-il soutenu, en affirmant par la suite qu’il gagnera la présidentielle d’octobre prochain.

Affoussiata Bamba Lamine, avocate de Guillaume Soro, a traité le procès de son client de "parodie". Selon l'ex-ministre de la Communication, la parodie de procès et le verdict rendu par le Tribunal d'Abidjan sont l'expression d'une dictature en perte de vitesse".

Pour la fille de Bamba Moriféré, cette "farce" n'enlève rien à la détermination des soroistes de "faire barrage à cette autocratie mue par une volonté du régime RHDP de s'éterniser au pouvoir."

Voici la réaction de Guillaume Soro après le verdict du tribunal d’Abidjan : “Je reste candidat à la présidentielle et je gagnerai ”

« C’est une sentence qui ne nous émeut absolument pas. La parodie de procès à laquelle nous avons assisté ce jour est la preuve ultime que l’Etat de droit est définitivement enterré par Alassane Ouattara.

Cet homme qui porte aujourd’hui avec beaucoup d’aisance les habits de dictateur, qui soumet la justice à sa botte et commande des sentences de mise à mort politique contre ses rivaux afin de les exclure de la compétition électorale, incarne la pire version du dirigeant africain.

Il a bien vite oublié que cette justice qu’il manipule aujourd’hui est la même qui l’avait décrété il y a quelques années, inéligible à toute élection en Côte d’Ivoire, pour nationalité et moralité douteuses.

Même être député, lui était impossible. La suite nous la connaissons tous: il est devenu président. Je lui dis que cette décision ne nous ébranle pas. Je considère ce verdict comme un non-événement, je maintiens ma candidature à la présidentielle et je demande à tous mes partisans de demeurer mobilisés et de continuer le travail de mobilisation et d'implantation.

Notre victoire ne fait aucun doute. Nous gagnerons la prochaine élection présidentielle, c’est une certitude », a écrit Guillaume Soro.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com















Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1736072 : 1.66 mb
MEMORY : 1497256 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.