Publicite

Politique : Guillaume Soro visé par une plainte en France, pour «assassinat» et «crimes de guerre»

Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale, est visé par une plainte pour crimes de guerre et assassinat notamment de l’ex-rebelle Ibrahim Coulibaly dit IB. La presse française à travers "mediapart", révèle ce jeudi qu'une plainte a été déposée contre Guillaume Soro en France. Ladite plainte porterait sur des faits présumés commis par la rébellion des Forces Nouvelles qu’il a dirigé de 2003 à 2011.  

Publicite

Selon nos informations, la plainte a été déposée par plusieurs victimes et leurs avocats ce jeudi 07 mai 2020, à Paris. La plainte pour torture, assassinat et crimes de guerre, a été déposée contre lui par les avocats de six personnes qui se sont constituées parties civiles.

Les plaignants, de nationalités ivoirienne et française, accusent Guillaume Soro d’avoir commandité, en 2004 et 2011, la mort de cinq personnes, membres ou ex-membres de la rébellion, dont le charismatique Ibrahima Coulibaly, surnommé « IB », selon la plainte que Mediapart a pu consulter.

D’après un communiqué des avocats des victimes, la plainte vise à faire la lumière sur l’implication de Guillaume Soro dans les meurtres d’Ibrahima Coulibaly et de ses compagnons le 27 avril 2011 mais aussi sur des crimes de masse commis au Nord de la Cote d’Ivoire entre 2003 et 2007, notamment à Bouaké et Korhogo.

Assassiné le 27 avril 2011 avec six de ses compagnons dont son frère Soualio Coulibaly, la mort d’IB est au centre de la première partie de la plainte déposée ce jeudi. Un de ses enfants, une fille de nationalité française, s’est constituée partie civile en tant que victime directe, accusant Guillaume Soro d’assassinat, dans la plainte déposée par ses avocats, Joseph Breham et Noémie Saidi-Cottier. « Il n’y a pas de doute sur le sort qui a été réservé à IB et le fait qu’il ait été victime d’homicide par des agents de Guillaume Soro », indique la plainte, qui révèle par ailleurs que l’objectif des militaires « identifiés comme les hommes de Guillaume Soro », était « manifestement de procéder à l’élimination non seulement de Ibrahima Coulibaly, mais également de tous ceux qui tentaient de s’échapper avec lui.

« Il n’y a guère de doute quant au fait que son homicide puisse être imputé aux agents de Guillaume Soro », qui aurait nourri « une rivalité notoirement connue à l’endroit d’Ibrahima Coulibaly », et que « ce meurtre serait prémédité », soutient le dossier déposé devant la justice française.

Quant au second volet de la plainte, il accuse le président de Générations et peuples solidaires (GPS) de crimes de guerre, et concerne deux fidèles d’IB, à savoir Kassoum Bamba (alias ‘’Kass’’, NDLR) 36 ans et Abdoulaye Doumbia, 31 ans, froidement assassinés par les hommes de Guillaume Soro.

En outre, la plainte a fait resurgir des résultats d’une enquête très accablante diligentée par les Nations unies. « Des rapports de l’ONU ont aussi relevé que des combattants pro-IB, faits prisonniers à l’issue des combats, avaient été détenus dans des conditions « inhumaines et dégradantes », une soixantaine d’entre eux étant morts par suffocation dans un container placé au soleil ». Ces exactions auraient été menées par des chefs de guerre, « agissant conformément aux ordres de Guillaume Soro », mentionne la plainte.

En réaction, la défense française du Député de Ferkessédougou, par la voix de Maitre Bourdon, dénonce une manœuvre du pouvoir ivoirien.

Joint au téléphone par Mediapart, le Conseil de Guillaume Soro, maitre William Bourdon a déclaré que « Si ces faits, par définition très graves, étaient avérés, il est aberrant que les juges ivoiriens n’en aient pas été saisis. Personne ne peut douter du caractère opportuniste et artificiel de cette démarche ». « L’Etat ivoirien est derrière cette action judiciaire », a-t-il martelé.

Guillaume Soro a été condamné le 28 avril 2020, à 20 ans de prison ferme par la justice de son pays pour « Tentative d'atteinte à l'autorité de l'État et à l'intégrité du territoire national, détournement de deniers publics, recel et blanchiment de capitaux portant sur la somme de 1,5 milliard FCFA ».

Guillaume Soro suspecté d'avoir ordonné la mort d'IB, fête ses 48 ans ce vendredi 8 Mai.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1719304 : 1.64 mb
MEMORY : 1505496 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.