Publicite

Politique : Henri Konan Bédié va recevoir les Dozos à Daoukro

Selon une information relayée par des organes proches du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié va recevoir les Dozos dans son fief de Daoukro. L’on imagine déjà que les échanges tourneront autour de la réconciliation en Côte d’Ivoire et du rôle joué par cette confrérie dans la cohésion sociale.
Publicite

Tenir ce prestigieux corps traditionnel à l’écart de la politique

Henri Konan Bédié va échanger avec les Dozos à sa résidence à Daoukro, ont annoncé Radio PDCI et la Fédération des Confréries Dozos de Côte d’Ivoire (FENACODOCI).

La délégation des chasseurs traditionnels sera conduite par son président Dosso Sory qui, dit-on, a engagé une restauration de l’image de cette confrérie séculière du septentrion. Le chef Dosso se serait engagé dans un combat pour la valorisation du patrimoine culturel Dozo et militerait depuis plusieurs années pour une dépolitisation du corps. 

Selon sa vision, le Dozo en tant que citoyen est libre de militer dans le parti de son choix sans toutefois s’y engager en tant que chasseur traditionnel.

Pourtant c’est le constat que font les Ivoiriens depuis le début de la rébellion en 2002. Ces Dozos ont activement participé au conflit armé aux côtés des forces nouvelles, proches de l’actuel Chef d’Etat, Alassane Ouattara. Leur rôle a été très déterminant dans la conquête du sud lors de la crise post-électorale. Réputés pour être des détenteurs de pouvoirs mystiques, ils sont généralement considérés comme invisibles au combat.

Les Dozos ne sont plus vus comme des anges gardiens

Naguère respectés de tous les Ivoiriens pour leur rôle de gardiens des villes contre le banditisme et la petite délinquance, leur image est aujourd’hui fortement écorchée. Ces derniers mois, ils se sont d’ailleurs illustrés de la plus mauvaise des manières à Issia, à la faveur des élections municipales (octobre 2018), et à Béoumi en mai dernier au cours des affrontements intercommunautaires.

Après ce dernier conflit, Henri Konan Bédié a déclaré que le processus de désarmement des anciens combattants n’avait pas été achevé et avait appelé le gouvernement à le faire. Les Dozos font justement partis de ces milices encore en armes, bien que le fusil traditionnel fasse partie de leur attirail.



Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com


Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1792128 : 1.71 mb
MEMORY : 1567064 : 1.49 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.