Publicite

Politique: Les femmes du FPI "exige la libération" de Meho Antoinette

L’Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI), par la voix de la secrétaire nationale Marie Odette Lorougnon, a "condamné fermement" lundi 15 août l’arrestation de Meho Antoinette et  exigé sa "libération immédiate", dans une déclaration de ladite organisation.

L’OFFPI "condamne fermement cette nouvelle atteinte aux libertés fondamentales; exige la libération immédiate et sans condition de la camarade Meho Antoinette membre du BN de l’OFFPI", indique la note.

Odette Lorougnon a demandé "à toutes les femmes du Front populaire Ivoirien de se tenir prêtes à agir où que de besoin pour que notre sœur recouvre au plus vite la liberté".

La première responsable des femmes du FPI a exhorté toutes "les femmes actives de gauche à se mobiliser" ainsi que les militants et toutes les structures du Front Populaire pour "obtenir la libération de la camarade Meho Antoinette et de tous les prisonniers d’opinion".

Antoinette Meho est une militante active du Front Populaire Ivoirien (FPI), membre du bureau de la fédération d’Abidjan banco (Yopougon) et surtout, membre du bureau national de l’Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI). Elle a été arrêtée, mercredi à Yopougon (Abidjan), pour "atteinte à la sûreté de l’Etat".

Selon la secrétaire nationale de l’OFFPI, Mme Meho "s’est fortement impliquée dans la recherche de la vérité sur le génocide Wè, intervenu à l’Ouest, et particulièrement à Duékoué, dont elle est originaire" et "elle a maintes fois affiché sa volonté de faire éclater la vérité sur ces crimes".

"A ce jour, les motivations de cette détention arbitraire demeurent toujours inconnues, car elle est interdite de visites et isolée dans les locaux de cette police politique. Ni sa famille, ni même son avocat, ne peuvent communiquer avec elle", a révélé Mme Lorognon.

Maitre Toussaint Dako, avocat de Mme Meho, avait déclaré dans la presse, vendredi, que sa cliente a été arrêtée, "brutalisée puis conduite manu militari dans un véhicule sans matricule, pour une destination inconnue", signalant que cette dernière s’apprêtait à témoigner au procès de Simone Gbagbo.

ENA/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1733832 : 1.65 mb
MEMORY : 1507712 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.