Politique : Libération d’Affi N’Guessan, Blé Goudé demande à Ouattara d’aller plus loin

Le Congrès Panafricain pour la Justice et l'Egalité des Peuples (COJEP) de Charles Blé Goudé dit se réjouir de la libération du porte-parole de la coalition de l’opposition Pascal Affi N’Guessan ce mercredi et demande au chef de l’Etat, Alassane Ouattara d’aller plus loin.


Charles Blé Goudé a aussi remercié « toutes les personnes physiques et morales qui ont contribué à cette décision, y compris les autorités ivoiriennes ».

L'ancien leader de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) a demandé « au pouvoir d'aller plus loin en prenant des mesures générales et courageuses en vue de l'élargissement de l'ensemble des détenus politiques pour tourner définitivement la page des tensions politiques dans notre pays ».
Le Congrès Panafricain pour la Justice et l'Egalité des Peuples (COJEP) a exprimé le souhait « de voir les autres prisonniers politiques recouvrer aussi leur liberté afin de célébrer les fêtes de fin d'année avec leurs différentes familles ».

Le COJEP reste convaincu et rappelle à tous, que « seule la voie du dialogue et de la concertation peut apporter à la Côte d'Ivoire la paix, la stabilité et la cohésion sociale de manière durable » en Côte d'Ivoire, le président du COJEP n'a pas manqué de féliciter l'ensemble des Ivoiriens et Ivoiriennes pour leur mobilisation et leur solidarité en faveur de Pascal Affi N'guessan.

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, par ailleurs, porte-parole de la plateforme de l’opposition, interpelé dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 novembre, puis placé sous mandat de dépôt a été libéré ce mercredi. A sa sortie de prison, il n’a pas manqué d’adresser ses remerciements à tous pour les actions menées en faveur de sa libération et particulièrement au chef de l’Etat Alassane Ouattara à qui il demande de ne pas s’arrêter seulement à cet acte.

L’ex-chef du gouvernement ivoirien également porte-parole de la coalition de l’opposition, avait été arrêté suite à la création par les adversaires du pouvoir d’un Conseil national de transition (CNT) pour protester contre la réélection du président Alassane Ouattara à un troisième mandat.

Le président du Conseil Régional du Moronou libéré et placé sous contrôle judiciaire, est toujours poursuivi pour complot contre l’autorité de l’État », « mouvement insurrectionnel », « assassinat » et « actes de terrorisme », selon le procureur de la République, Adou Richard.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1712568 : 1.63 mb
MEMORY : 1504816 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.