Politique : Marcel Amon Tanoh présente ses excuses au Président Ouattara, pour l’avoir "heurté"

L’ex-ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh regrette amèrement sa "rébellion" contre le Chef de l’Etat. Désormais dans l’ombre, il tente le tout pour le tout pour se rapprocher de son ex-mentor. A cet effet, l’ex-directeur de cabinet a présenté ses excuses au Président Alassane Ouattara, suite aux propos qu’il a tenus au cours d’un meeting de l’opposition au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Plateau le 10 octobre 2020.   

Désormais sans poste, le ministre démissionnaire qui le 10 octobre dernier scandait être prêt à mourir pour chasser Alassane Ouattara du pouvoir après avoir rejoint la charrette de l’opposition lui présente désormais ses excuses. 

Dans une publication sur sa page Facebook, l’ancien patron de la diplomatie ivoirienne est revenu sur les propos tenus au "Félicia". « J’ai conscience d’avoir profondément heurté le chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux Ivoiriens », a-t-il écrit.

Marcel Amon-Tanoh a été ministre, directeur de cabinet puis ministre des Affaires étrangères. Sans perdre de temps, le fils de Lambert Amon-Tanoh rejoint l’opposition ivoirienne et s’engage pour la course à la présidentielle après avoir annoncé sa démission de la fonction de ministre des Affaires étrangères le 19 mars 2020.

Faut-il s’attendre à son retour au Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ? 

Voici sa déclaration postée sur sa page Facebook, dans la nuit de dimanche à lundi

« En ce début d’année 2021, après de longs mois de joutes oratoires politiques, alors que la pandémie de la covid-19 continue de sévir et que nous devons redoubler de prudence, il est impérieux de faire le bilan de l’année écoulée.

Il est temps de mettre de côté nos querelles, nos ressentiments, nos intérêts personnels et d’apaiser le climat politique.

Seul notre devoir envers notre pays et l’avenir de nos concitoyens doit nous préoccuper.

Dans le but de promouvoir les valeurs de rassemblement et de partage autour de notre idéal commun, le développement de la Côte d’Ivoire et le bonheur de chaque Ivoirien, je vous ai présenté, au cours de l’année 2020, ma vision et mon ambition pour notre pays. Je vous ai également fait part de ma volonté d’incarner le trait d’union entre tous les Ivoiriens, de toutes catégories sociales, de toutes origines, de toutes opinions et de toutes religions.

Je réaffirme aujourd’hui ma détermination à persévérer dans cette voie.

De ce point de vue, je reconnais n’avoir pas été totalement fidèle à mon engagement de montrer aux ivoiriens qu’il est possible de faire de la politique différemment, en sachant, malgré nos désaccords, garder le bon ton, sans proférer d’invectives et sans porter de jugements de valeur.

Je pense notamment aux propos que j’ai tenus le 10 octobre 2020, au stade Felix Houphouët-Boigny, envers le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA.

Voter pour un Président, c’est lui confier notre pays à gérer.

Dire qu’il nous le rende n’est qu’une manière d’exprimer une divergence sur certains aspects de la gestion des affaires publiques, mais en aucun cas de suggérer qu’il n’est pas ivoirien, comme il me revient que beaucoup de mes compatriotes l’auraient compris.

Néanmoins, le fond ne justifiait pas la forme, or la forme l’emporte sur le fond.

J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens.

Cependant, je tiens à rappeler que dès 1993, il y a de cela 28 ans, quelques mois avant le décès du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, j’ai pris fait et cause pour Monsieur Alassane OUATTARA, alors qu’il était Premier Ministre et que beaucoup considéraient déjà qu’il n’était plus fréquentable.

En effet, mon engagement politique a toujours été motivé par la lutte contre l’injustice et les discriminations, de quelques nature qu’elles soient.

Ce combat, je continuerai à le mener.

C’est la raison pour laquelle je reste convaincu que sans réconciliation nationale, pour cicatriser nos blessures, nous ne pourrons pas mener sereinement ce pays vers une plus grande prospérité, et surtout un partage inclusif de ses richesses.

Je tiens à réaffirmer ma foi en une Côte d’Ivoire plurielle, composée d’hommes et de femmes du Nord, du Sud, du Centre, de l’Est et de l’Ouest, tous enfants de notre beau pays, ayant les mêmes droits, mais aussi les mêmes devoirs vis-à-vis de la Nation.

J’encourage à nouveau tous les acteurs politiques à s’inscrire résolument dans le processus du dialogue en cours actuellement, avec franchise et réalisme, dans un esprit constructif et apaisé, favorable à la justice, à la repentance et au pardon réciproques.

Ensemble, nous pouvons impulser ce changement tant attendu par les populations.

Pour ce faire, il est important que toutes les sensibilités soient consultées, écoutées et représentées sur l’échiquier politique pour servir le peuple, avec détermination, abnégation et humanisme.

Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire ».


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1710936 : 1.63 mb
MEMORY : 1504432 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.