Publicite

Politique : Présidentielle 2020, Annonce de la candidature d’Alassane Ouattara, voici la réaction des acteurs politiques ivoiriens

L’annonce de la candidature du Chef de l’Etat Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre prochain a déclenché une vague de messages de félicitations des membres du Rhdp, mais aussi des messages de protestations des partis de l’opposition.
Publicite


Dès l’annonce du Président Alassane Ouattara, les messages des membres du Rhdp ont afflués et parmi ces premiers messages, il y a celui du ministre de la communication et des medias, Sidi Touré : « Merci Monsieur le Président d’avoir accepté d’être le choix du peuple de Côte d’Ivoire, pour conduire les aspirations légitimes des militants et sympathisants du RHDP à la présidentielle d’octobre 2020. Sans vous, nos chantiers seraient inachevés ».

« Merci monsieur le président », a écrit le Directeur Exécutif du RHDP, Adama Bictogo.
« Merci au Président ADO d’avoir répondu favorablement à l’appel de ses concitoyens », a indiqué la ministre Kandia Camara.

« Merci Président ADO. Nous sommes prêts pour vous. Nous sommes mobilisés. A Port Bouët, nous disons OUI. Rendez-vous le 31 octobre 2020 », a souligné également le ministre Siandou Fofana.

« On remercie le Président pour le sacrifice de sa personne qu’il fait aujourd’hui encore », a indiqué le ministre Gaoussou Touré.

Dans sa joie, Honorable Touré Alpha Yaya « appelle la jeunesse ivoirienne à soutenir la candidature du Président Alassane Ouattara Homme de valeur et de paix pour le développement et la stabilité de mon pays ».
A contrario, l’opposition ivoirienne qualifie cette décision du chef de l’Etat d’anticonstitutionnelle. Henri Konan Bédié, candidat déclaré du PDCI-RDA à cette présidentielle, affirmait sur France 24, le 29 juillet 2020, qu'un troisième mandat du président Ouattara serait illégal. « Un 3e mandat d'Ouattara serait illégal et le peuple serait prêt à s'opposer à cette candidature. »

Apres son annonce officielle, Charles Blé Goudé, le leader du COJEP, se désole que le chef de l’Etat n'ait pas consenti à se retirer volontairement après son second mandat présidentiel.
 « Partir de soi-même ou partir sous la contrainte, dans tous les cas, un jour ou l’autre, vous êtes appelés à partir. Tel est le cycle de la vie. La seule inconnue est, comment, quand, et où vous partez ? Lorsque vous partez par votre propre volonté, vous avez au moins le choix de votre agenda. Un tel départ volontaire vous confère le respect de vos adversaires et vous maintient indéfiniment dans la mémoire collective. Vous partez du pouvoir, mais vous demeurez dans l’histoire à jamais. À contrario, un départ sous la contrainte s’arrime à un glissement de terre. Il vous emporte et vous n’êtes plus maître d’aucun de vos mouvements. Vous tenterez certainement de résister. Mais après quelques vaines tentatives, la sentence sans appel du tribunal de l’histoire s’abat sur vous. Ainsi, vous n’aurez pas d’autre choix que d’abdiquer. Votre départ s’imposera à vous. Vous perdez le peu de crédibilité qu’il vous restait encore à sauver. In fine, vous partez, couvert de honte. Savoir partir, est un art. Pauvre Afrique !!!! », a réagit Blé Goudé.

Désiré Frédéric Ehui, plus connu sous le nom de Meiway, (le Roi du Zoblazo) s'est adressé directement à Alassane Ouattara dans une vidéo. « Excellence monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire, M. Alassane Ouattara, je viens de suivre l’intervention télévisée qui confirme votre candidature à un troisième mandat aux prochaines élections présidentielles, contrairement aux engagements que vous avez solennellement pris devant le peuple ivoirien (…) Monsieur le Président, on ne bâtit pas un pays sur le régime de peur. On ne bâtit pas un pays en exilant ses fils et en emprisonnant les porteurs d’idées opposée (…) En succombant à la tentation et à l’éternité politique, vous risquez de faire sombrer la Côte d’Ivoire dans un chaos que nous croyons éloigner à jamais. Allez-vous sacrifier tout ce que vous avez bâti pour vous classer du mauvais côté de l’histoire de notre pays ? Allez-vous tomber, sans résister, dans le destin tragique des chefs d’État africains obsédés par le pouvoir ? (…) Monsieur le Président, vous avez encore une chance d’échapper aux prédateurs qui s’agitent autour de vous pour leurs intérêts et non le vôtre (…) Ivoiriens, Ivoiriennes, chers compatriotes... Une génération est à nouveau sacrifiée...Hélas...! Prenons notre destin en mains : c'est au bout du combat intense que la victoire est savoureuse. »

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1738496 : 1.66 mb
MEMORY : 1510976 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.