Publicite

Politique : Présidentielle 2020, Marcel Amon-Tanoh dans Jeune Afrique, «il faut tirer les leçons d’un passé récent »

Marcel Amon-Tanoh, candidat à la présidentielle d’octobre, a accordé une interview à Jeune Afrique. L’ancien ministre des Affaires étrangères se prononce sur la candidature de Ouattara. À 68 ans, et sous réserve que le Conseil constitutionnel valide sa candidature à la prochaine élection présidentielle, Marcel Amon-Tanoh, se lance dans une nouvelle aventure. Un pari osé pour un homme qui avait jusque-là montré un intérêt limité pour la chose politique et qui n’avait pas réussi à se faire élire député d’Aboisso en 2011.
Publicite


Mais « MAT », comme l’appellent ses proches, veut croire en sa bonne étoile. À quelques semaines du scrutin prévu fin octobre, il s’inquiète néanmoins des tensions actuelles. Celui qui fut un proche collaborateur d’Alassane Ouattara pendant 26 ans regrette la décision du chef de l’État de briguer un troisième mandat. « Le 19 juillet sur les réseaux sociaux, j’avais appelé les Ivoiriens et surtout la classe politique à se ressaisir. Je demandais au président de la République de tendre la main à l’opposition, et à l’opposition de l’accepter. L’atmosphère autour du processus électoral était très tendue et j’étais déjà inquiet, alors même que le chef de l’État n’avait pas encore annoncé sa décision de se représenter. Alors vous imaginez aujourd’hui ? La situation est devenue explosive et oui, je suis très préoccupé ».

« Nous sommes dans un pays divisé, qui ne s’est pas encore réconcilié avec lui-même, et il ne faut pas mettre d’huile sur le feu. À mon sens, le plus important est d’arrêter cette violence et de faire en sorte qu’il n’y ait plus de mort. La seule façon d’y arriver est d’asseoir les différentes parties autour d’une table et de faire en sorte qu’elles se parlent. Nous sommes tous responsables de cette situation. Le président de la République est le chef de la famille. Qu’il prenne des initiatives. L’opposition avait d’ailleurs demandé à le rencontrer. Il ne faut pas que l’on oublie de tirer les leçons d’un passé récent, auquel nous avons tous assisté et participé… », a déclaré Marcel Amon-Tanoh, candidat à la présidentielle d’octobre prochain.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1760624 : 1.68 mb
MEMORY : 1538232 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.