Publicite

Politique : Présidentielle 2020, Voici les rapports complets des observateurs, WANEP, CSCI, INDIGO

Hier samedi 31 octobre, les Ivoiriens étaient aux urnes pour élire leur nouveau président de la République. Ce scrutin s’est déroulé sans les candidats Affi N’Guessan du FPI et Henri Konan Bédié du PDCI, qui ont décidé de suspendre leur participation. Ces leaders de l’opposition et de nombreux autres réunis au sein d’une coalition  dénoncent la candidature du président sortant Alassane Ouattara, et exigent entre autres la dissolution de l’organe en charge des élections dans le pays et le Conseil constitutionnel. Cette opposition ivoirienne a également appelé à une désobéissance civile dont les manifestations ont déjà fait des morts de nombreux dégâts matériels.


Plusieurs missions d’observations ont été déployées dans les bureaux de vote de plusieurs localités, à l’occasion du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire ce 31 octobre 2020.  WANEP-Côte d’Ivoire, Indigo et CSCI,  ont fait le point après avoir déployé leurs observateurs.

INDIGO

Le vote en Côte d’Ivoire ce samedi 31 octobre 2020, a connu des dysfonctionnements dénombrés par l’ONG sur le terrain. L’élection présidentielle a été émaillée de dysfonctionnements par endroits à l’intérieur du pays, selon un communiqué de l’ONG Indigo-CI. L’ONG dénombre au total 116 dysfonctionnements de tous ordres, notamment l’interdiction d’accès aux centres de vote, des actes de vandalismes sur le matériel électoral, la confiscation de matériel d’observation et la séquestration d’un observateur par des manifestants.
Selon Indigo-CI, environ 71% des bureaux dans certaines localités ont ouvert après 08H (ouverture officielle des bureaux), eu égard aux menaces dont ont été victimes certains agents de la Commission électorale indépendante (CEI) ainsi que des empêchements d’ouverture de bureaux de vote, notamment à Yamoussoukro, Fresco, Yopougon et Mbengué (…).

« Un observateur a été ligoté par les manifestants de l’opposition pour l’empêcher de se rendre à son bureau de vote attribué. Il a réussi à s’enfuir mais a été pourchassé jusqu’à son domicile et celui-ci a été saccagé », souligne le communiqué.

Quelques 870 observateurs ont été déployés sur toute l’étendue du territoire pour ces élections.

WANEP

Selon le rapport de WANEP, la présidentielle Ivoirienne, a été une élection difficile et émaillée d’incidents.
Point 1 sur le démarrage du scrutin.

‘’Une élection difficile, émaillée d’incidents, qui inquiète’’

Dans le cadre des initiatives de ‘’suivi, analyse et atténuation de la violence électorale (EMAM)’’ et de ‘’contribution à l’apaisement du climat sociopolitique’’ financées respectivement par l’Union Européenne, l’Open Society initiative for West Africa (OSIWA), WANEP-Côte d’Ivoire et ses partenaires ont déployé six-cent-quatre-vingt (680) observateurs sur l’étendue du territoire national et dans des zones à risque, dont 150 observateurs mobilisés par le projet EMAM, 330 mobilisés par le projet « Société civile engagée et mobilisée pour des élections pacifiques et crédibles en Côte d’Ivoire en 2020 » et 200 mobilisés par le COSEF. Tous les 680 observateurs ont été formés, équipés et déployés avant le scrutin. La cellule de veille électorale installée pour coordonner ce déploiement a collecté des informations sur le démarrage du scrutin. La synthèse de ces informations est présentée dans ce communiqué.

L’OUVERTURE DES BUREAUX DE VOTE

Sur l’ensemble des six cent quatre-vingts (680) observateurs déployés sur le terrain, quatre cent un (401) ont pu effectivement remonter les données, au moment de ce point, sur l’ouverture des bureaux de vote.
Ainsi, des 401 rapports transmis à la cellule de veille électorale par nos observateurs, on note que 293 bureaux de vote (soit 73,07%) ont ouvert à 8h00 en référence au Code électoral. Des autres bureaux de vote couverts, nos observateurs ont signalé des difficultés d’accès, des dysfonctionnements et/ou des incidents. De nos observateurs, le sentiment de peur et de psychose ambiant a impacté la mobilisation des électeurs à l’ouverture.

LES INCIDENTS

Au total, ce sont cent cinquante-huit (158) incidents qui ont été rapportés dans notre base à cette étape. Ces incidents peuvent être classés en trois types :

1- Incidents d’ordre technique : dysfonctionnements et irrégularités constatés dans le déploiement du matériel électoral. Par exemple, dans le Cavally, Guiglo Sous-préfecture, sur l’axe Guiglo Blolequin, les bureaux de vote n’ont pas ouvert.

2- Incidents d’ordre social : Des voies d’accès aux centres ou bureaux de vote sont obstruées. Des personnes armées (armes blanches) enlèvent/détruisent le matériel électoral. Par exemple, dans la région de l’Agnéby Tiassa, à Sikensi et à Agboville, des voies sont barricadées depuis 6 heures du matin empêchant la tenue effective du scrutin.

3- Incidents d’ordre sécuritaire : Dysfonctionnement dans le dispositif sécuritaire. Par exemple, dans la région de la Mé, à Adzopé (Bekoukuissin), des personnes, autres que les agents des forces de l’ordre, assurent la sécurité. Cette même réalité est observée à Agou et à Yopougon (Terminus 40 et au Koweit).

A l’analyse, les foyers de tension sont plus accentués dans certaines régions notamment : le Sud Comoé, le N’zi, le Moronou, le Guemon et l’Agneby Tiassa.

La Cellule de Veille Électorale, continue avec beaucoup d’inquiétudes, le suivi de la situation. Elle tente de contribuer, en collaboration avec des autorités locales et autres décideurs, au règlement pacifique des cas qui lui sont remontés. Elle fera son second point sur le déroulement du scrutin.

La mission d’observation électorale de la CSCI

La mission d’observation électorale de la CSCI, dans sa brève présentation de la situation électorale en Côte d’Ivoire du 31 octobre 2020. « Selon les zones  et les localités couvertes par les observateurs de la CSCI, les bureaux de vote ont ouverts entre 8 et 10 heures du matin avec des exceptions à Arrah où les bureaux de vote ont ouverts à 13 heures. Dans les régions de l’Iffou, du Moronou et certains villages du Gbeke et du district de Yamoussoukro,  aucun centre n’a pu ouvrir », a indiqué la mission d’observation électorale de la CSCI, dans une note signée par son chef de projet, Mme Oufouet Anne.

Elle a précisé que dans le district d’Abidjan,  certains centres tels que Anono, Ens  dans la commune de Cocody sont restés fermés.

Quant à la sécurisation du scrutin,  elle a été globalement assurée par  la police et la gendarmerie avec dans certaines localités, a souligné la CSCI en notant quelques incidents à M’Batto ou le matériel de vote stocké à la gendarmerie a été incendié, sur l’axe Guiglo-Zagny où des urnes ont été emportés par des individus non identifiés et à Gagnoa où des barrages ont été érigés.

Mme Ouffouet a indiqué que malgré les incidents relevés dans certaines localités et régions, le scrutin s’est déroulé  dans le calme et que sa structure continue de suivre avec attention l’ensemble des opérations en cours.

Pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, la mission d’observation électorale de la CSCI a déployé 500 observateurs électoraux pour 3000 bureaux de vote soit environ 14%  de l’ensemble des 22381 bureaux de vote pour l’observation des 31 régions et les deux districts  autonomes qui composent le territoire national.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1755440 : 1.67 mb
MEMORY : 1520952 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.