Publicite
 

Politique : Réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), l’opposition accuse, le gouvernement rassure

Les membres de la société civile et les partis politiques ont eu une rencontre le mercredi 19 juin avec le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, dans le cadre du dialogue politique, devant aboutir à la réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).
Publicite

Selon le Premier ministre, la CEI « doit être mise en place en juin pour permettre » à la commission « de préparer dans la sérénité les élections » de 2020.

« Après avoir écouté tous les acteurs, nous avons tous les instruments en main, il appartient au gouvernement de faire une proposition aux différents acteurs bientôt », a indiqué M. Gon, face à la presse après la réunion.

Amadou Gon Coulibaly a dit avoir « noté des convergences sur la composition » de la CEI, mais aussi « des divergences entre la société civile et le gouvernement sur le poids des acteurs » au sein de la commission, les deux parties voulant avoir la majorité des représentants.

Face à la presse au même moment où se tenait la séance plénière, le PDCI, EDS, Lider et le groupe des 23 partis politiques de l’opposition se sont dit « disponibles à participer à toutes concertations inclusives et tripartites, pouvant aboutir à une véritable réforme en profondeur de la CEI, et non à une mascarade ».

Le PDCI, EDS et 23 partis ont décidé « de ne pas répondre favorablement » à l’invitation. Ces partis politiques de l’opposition ivoirienne ont accusé le gouvernement de vouloir faire « un passage en force » lors de la présidentielle en 2020.

« Le gouvernement veut faire un passage en force, et nous ne voulons pas être complice », a affirmé le président du Parti pour le progrès et le socialisme (PPS) Moriféré Bamba, en présence des partis politiques de l’opposition.

Conviés à une séance plénière mercredi à l’issue des discussions sur la CEI, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) et 23 autres partis de l’opposition ont décidé « de ne pas répondre favorablement » à l’invitation du gouvernement. Ces partis, qui avaient boycotté des rencontres, ont décidé de ne pas participer à la restitution des travaux auxquels ils disent n’avoir « pas participé ».

Ils avaient souhaité que leur soit, préalablement, transmis les termes de référence relatif au cadre restreint de concertation sur la CEI. L’opposition a exigé « une rencontre inclusive et tripartite pouvant aboutir à une véritable réforme en profondeur de la CEI, et non à une mascarade ». Mais pour le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, leur absence à la réunion de mercredi, « n’entache pas le processus » de mise en place de la nouvelle CEI car « leurs positions ont été exprimées et débattues » à la séance plénière.

Pour rappel, le gouvernement ivoirien a ouvert le 21 janvier dernier des consultations pour la réforme de la CEI conformément à l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme qui a ordonné à la Côte d’Ivoire de rendre la commission conforme aux instruments internationaux.



Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1696144 : 1.62 mb
MEMORY : 1463040 : 1.4 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.