Publicite

Politique : Retrait de la déclaration de compétence de la CADHP- Etat d’urgence prorogé au 15 Mai- Plafonnement des prix des denrées alimentaires… Ce qu’il faut retenir du dernier Conseil des ministres

Retrait de la déclaration de compétence de la CADHP 

Publicite

Les autorités ivoiriennes ont annoncé qu’elles ne reconnaissent plus l’autorité de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples qui constitue « une grave perturbation à l’ordre juridique interne ».

« Le gouvernement ivoirien a décidé, le mardi 28 avril 2020, de retirer la déclaration de compétence prévue au protocole relatif à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples, qu’il a émise le 19 juin 2013, en application de l’article 34 alinéa 6 dudit protocole », a déclaré Sidi Tiémoko Touré, lors du point de presse après le conseil des ministres.

Sidi Tiémoko Touré  précise que « cette décision est prise sans préjudice de l’engagement du gouvernement à demeurer partie à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ainsi qu’à son protocole additionnel relatif à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples ».

Le porte-parole du gouvernement a poursuivi pour dire que la décision de l’Etat de Côte d’Ivoire fait suite aux agissements de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (Cadhp) qui portent atteinte à l’autorité et au fonctionnement de la justice, à la souveraineté de l’Etat et sont de nature à entraîner une grave perturbation de l’ordre juridique interne des Etats.

Etat d’urgence prorogé au 15 Mai

 « Le conseil a adopté un décret portant prorogation de l’état d’urgence. Ce décret qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de riposte à la crise sanitaire liée à la pandémie à coronavirus, proroge l’état d’urgence déclaré le 23 mars sur l’ensemble du territoire national pour une nouvelle période allant du 1er au 15 mai 2020 », a déclaré le ministre Sidi Touré, porte parole du gouvernement.

À en croire le porte-parole du gouvernement, « ce dispositif devrait permettre de contenir la pandémie à Abidjan, de relever significativement le taux de guérison et de rompre la chaîne de contamination ».

« De même que les mesures barrières induites. La stratégie d’isolement du Grand Abidjan, de détection précoce des malades, à travers des tests systématiques ciblés sur la population à risque et le suivi des contacts, est en cours de consolidation avec la réalisation de nouveaux sites de prélèvement et de sites de soins », a indiqué Sidi Tiémoko Touré.

Les Ivoiriens bloqués à l'étranger bientôt rapatriés au pays

 « Le Conseil a instruit le Ministre des Affaires étrangères et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions diligentes en vue de procéder au rapatriement des compatriotes retenus à l’extérieur du pays consécutivement au déclenchement du plan de riposte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19 », a annoncé Sidi Touré.

Cependant, pour cette première phase concerne « les nationaux ivoiriens se trouvant au Cameroun, au Sénégal, au Maroc et en Tunisie », mais à la condition qu'ils soient «détenteurs de titres de transport acquis avant la fermeture des frontières et prêts à se soumettre aux mesures sanitaires en vigueur dans notre pays ».

Plafonnement des prix des denrées alimentaires de grande consommation

Le Conseil a adopté un décret portant plafonnement des prix de certains produits de grande consommation. Cette mesure vise à lutter contre les pratiques spéculatives nées du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Ainsi, après avis favorable de la Commission de la Concurrence, ce décret fixe, pour une période de trois mois, des prix plafonds pour certaines denrées de première nécessité, à savoir le riz, le sucre, l’huile de table, la tomate concentrée et la viande. Toutefois, les commerçants sont autorisés, conformément au principe de la libre concurrence, à pratiquer des prix en deçà des prix maxima fixés.

Domaine forestier national

Le Conseil a adopté un décret fixant les conditions de déboisement et de défrichement dans le domaine forestier national. Ce décret soumet, en cohérence avec la politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, le déboisement ou le défrichement à l’autorisation préalable de l’administration forestière, en vue de préserver durablement le patrimoine national forestier résiduel. Toutefois, l’autorisation de déboisement ou de défrichement de forêt est assujettie au maintien d’au moins 30% d’état boisé de la superficie concernée.

Protection des forêts sacrées

Le Conseil a adopté un décret définissant les modalités de protection des forêts sacrées. Ce décret vise à protéger toutes ces forêts naturelles d’environ 44 000 hectares, qui par la force des us et coutumes demeurent relativement bien préservées, des phénomènes de déforestation. A cet effet, il interdit dans les forêts sacrées, toute activité de déboisement ou de défrichement que constituent le prélèvement illicite de bois, les activités agricoles et minières, ainsi que les feux de brousse. En outre, il soumet à autorisation préalable des communautés rurales concernées, les activités de recherche scientifique, ainsi que le prélèvement et le ramassage de fruits et de produits forestiers ligneux dans les forêts sacrées.

La forêt classée d’Anguededou

Le Conseil a adopté un décret définissant les limites de la forêt classée d’Anguededou. Ce décret distrait de l’emprise de cette forêt classée, les sites concernés par des projets de haute portée socioéconomique. Il porte la nouvelle superficie de la forêt classée d’Anguededou à 8 501 hectares et 49 ares.

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur minier (hors produits pétroliers et gaziers)

Au cours de l’année 2019, 17 permis de recherche minière ont été attribués et 27 permis de recherche, arrivés à terme, ont été retirés du cadastre minier, portant à 168, le nombre de permis actifs au 31 décembre 2019, contre 178 en 2018. La production industrielle de l’or, objet de 86,90% des permis de recherche attribués, est de 32,478 tonnes et celle de la petite mine de 90,657 kilogrammes, soit une production globale de 32,568 tonnes en 2019, contre 24,488 tonnes en 2018, soit une hausse de 33%. Cette hausse de la production d’or est due à l’accroissement de la capacité de production du complexe minier Ity-Daapleu, au renforcement des mesures de contrôle des exploitations minières, ainsi qu’à la répression de l’orpaillage illicite.

La production de métaux de base issue de quatre (04) mines de manganèse et de la mine de nickel latéritique de Biankouma-Touba s’élève à 1,2 million de tonnes pour le manganèse, contre 797 911 tonnes en 2018, soit une hausse de 48,11% et pour le nickel à 660 144 tonnes en 2019, contre 889 585 tonnes en 2018, soit une baisse de 25,79%.

Relativement à l’exploitation de substances de carrière, le volume de matériaux concassés produit au cours de l’année 2019 s’élève à 10 millions de tonnes et à 2 millions de mètres cube de matériaux meubles pour 13 autorisations en cours de validité.

Ainsi, au 31 décembre 2019, les sociétés d'exploitation du secteur minier ont généré un chiffre d’affaires de 761,995 milliards de francs CFA contre 582,298 milliards de francs CFA en 2018, soit une hausse de 30,86% pour 136,346 milliards de francs CFA d’investissements et 13 993 emplois directs créés. Les recettes fiscales induites s’établissent à 94,562 milliards de francs CFA contre 65,841 milliards de francs CFA en 2018, soit une hausse de 43,62%, à fin 2019.

Pour l’année 2020, les prévisions annoncent la poursuite de la tendance haussière de la production minière avec le développement du secteur de la petite mine et l’entrée en production de la mine de bauxite de Bénéné dans le département de Bongouanou.

Nominations 

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Abel GBAKAYOKO DJORE en qualité de Représentant du Président de la République au Conseil d’Administration de la Société d’Exploitation et de Développement Aéroportuaire, Aéronautique et Météorologique (SODEXAM) en remplacement de Monsieur Martin KOHEMUN GBANDA.

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur Ali Yousef Obaid Jasem Alnuaimi, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de l’Etat des Emirats Arabes Unis près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan.

Enfin, le prochain Conseil National de Sécurité se tiendra le jeudi 07 mai 2020.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com 

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1770392 : 1.69 mb
MEMORY : 1540320 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.