Publicite

Politique : Simone Gbagbo depuis Bonoua, ‘’Le président Gbagbo vous demande de panser vos plaies’’

La ville de Bonoua a connu des heures chaudes lors des marches de l'opposition des 13 et 21 août derniers. À la suite d'Hamed Bakayoko, l’ancienne première dame et deuxième vice-présidente du FPI, Simone Ehivet Gbagbo a décidé ce vendredi 11 septembre 2020, d'aller apporter sa compassion aux victimes des violences  dans sa ville natale à Bonoua.  L'ex-première dame était accompagnée par des anciens ministres du gouvernement Gbagbo tels que Hubert Oulaye, Firmin Sekré, Charles Dosso Rodel, Emile Guiriéoulou et plusieurs autres cadres du front populaire ivoirien (FPI). Elle et sa délégation ont été accueillies par la fédération du parti conduite par le fédéral Vincent Kissi.
Publicite


Dès son arrivée dans la ville de Bonoua, Madame Simone Ehivet Gbagbo s'est rendue à la sous-préfecture pour rendre les civilités à Monsieur M. Krah Kouadio Maezan, sous-préfet de Bonoua. Elle a informé l'autorité qu'elle est venue dire ‘’yako’’ aux victimes des marches de protestation contre le troisième mandat de l'actuelle chef de l'Etat.

Ensuite, Simone Gbagbo et sa délégation se sont rendues à la cour royale où elle a tenu à remercier la royauté d'avoir pesé de son poids pour ramener le calme à Bonoua, au lendemain des affrontements. « Je voudrais dire merci à la royauté et dire yako  aux familles. Yako également pour toutes les difficultés que le pays rencontre »,  a-t-elle dit.

La deuxième vice-présidente du FPI a visité le site du commissariat de la ville de Bonoua qui a été incendié lors des marches de protestation contre le troisième mandat d'Alassane Ouattara.

Prenant la parole avant l'ancienne première dame, Hubert Oulaye a salué la détermination de la population de Bonoua. « Bonoua est pour le FPI, une ville symbole. Nous nous souvenons que c'est Bonoua parmi toutes les villes, la première à dire non. Le président Gbagbo vous demande de panser vos plaies. Nous sommes dans ce combat, en dépit des machettes, nous allons le gagner. Pour l'heure nous sommes venue avec la première (Simone Gbagbo Ndlr) qui aura les mots pour vous. Nous sommes fiers de Bonoua. Sachez que le combat que vous avez commencé va se poursuivre. Nous ne resterons pas sans réagir », a martelé Hubert Oulaye.

Pour sa part, Simone Gbagbo n'a pas manqué d'exprimer sa fierté pour la bravoure des populations de Bonoua qui selon elle, ont fait preuve de détermination pendant les événements. « On vient vous dire qu'on est fiers de vous. Vous êtes en train de devenir le modèle que tous les Ivoiriens veulent suivre. Quand vous prenez des décisions patriotiques, vous plaisez aux Ivoiriens », a fait savoir Simone Gbagbo qui s'est longtemps adressée à ses parents dans sa langue maternelle.

La ville de Bonoua a connu des jours sombres lors des manifestations de l’opposition. Annoncées pacifiques par les organisateurs, ces marches se sont finalement muées en conflits communautaires ayant entraîné des morts, des blessés. Ainsi que de nombreux dégâts matériels, dont le commissariat de la ville et les cars de la plus grande compagnie de transport, incendiés. Suite a ces événements, le premier ministre Hamed Bakayoko s’était rendu dans la localité, le 27 août dernier, pour apporter son soutien aux populations et les appeler à la cohésion.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1761504 : 1.68 mb
MEMORY : 1539336 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.