Presse : Le journal "Le Bélier" suspendu pour 15 parutions, pour une 2e fois en moins de 2 mois

L’Autorité nationale de la presse (ANP), l’organe de régulation en Côte d’Ivoire, a annoncé mercredi avoir infligé une suspension de 15 parutions, au journal "Le Bélier", proche du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition).   

« Incitation à la violence, la révolte, manipulation et accusations sans fondements », tel est le mobile de la décision rendue par le Conseil de l’Autorité nationale de la presse (ANP) qui inflige encore une autre sanction au quotidien Le Bélier en moins de deux (2) mois. Après avoir délibéré en sa 1re session extraordinaire de l’année 2021, le jeudi 11 février, et suspendu le quotidien "Le Bélier", édité par l’entreprise de presse IDEAL COM NET, pour quinze (15) parutions. 

À l’origine de cette mesure, la publication, par ledit quotidien, dans son édition no 126 du mardi 19 janvier 2021, d’un article intitulé : « Dangers sur les législatives/La veillée d’armes, avant le clash/Pressé de se donner une majorité, le RHDP s’égare, signé de la plume d’Alfred BOIZO. 

En réaction, l’autorité de régulation de la presse estime que l’auteur de l’article incriminé charrie incitation à la violence, incitation à la révolte, manipulation, accusations sans fondements, affirmations sans preuve. «Le représentant légal de l’entreprise de presse IDEAL COM NET dispose des délais de droit commun pour saisir la juridiction administrative compétente», a fait savoir le communiqué de l’ANP.

L’ANP rappelle avoir déjà suspendu pour sept parutions « Le Bélier » le 23 décembre, pour les mêmes motifs.

Antérieurement, le Conseil de l’autorité nationale de la presse, statuant en matière disciplinaire lors de sa 8e session extraordinaire de l’année 2020, le mercredi 23 décembre 2020, avait suspendu le même quotidien pour sept (7) parutions. 

Cette décision avait fait suite à la publication, par ledit journal, d’une série d’articles dans plusieurs de ses éditions, dont singulièrement celle du 16 décembre 2020, sous les titres suivants « Malgré le putsch électoral et le soutien de la France/Pourquoi Ouattara est condamné à vivre l’enfer », « Parodie d’investiture/Ouattara prête serment sur une Constitution qu’il a violée publiquement », « Prestation de serment d’Alassane Ouattara/Le peuple nargué n’a pas encore dit son dernier mot », « Après son investiture illégale/Jean-Yves Esso Essis (PDCI) envoie des « missiles de vérités » à Alassane Ouattara », « Prestation de serment du 14 décembre/L’armée ivoirienne humiliée ? ». 

L’ANP avait expliqué que ces différents articles, visaient à entretenir, au sein de l’opinion, un esprit de contestation et de rejet des résultats de la présidentielle d’octobre 2020, incitent également, d’une part, les populations à la haine, à la révolte et d’autre part, les militaires à l’insoumission.

« Entendu sur les conditions de traitement de telles informations qui transgressent manifestement les articles 14, 17 et 19 du Code de déontologie qui proscrivent respectivement l’atteinte à l’éthique sociale, les accusations sans fondement, la manipulation de l’information et la publication d’informations fausses, le directeur de publication n’a pu justifier les graves manquements commis », avait conclu l’ANP en ces termes.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1699032 : 1.62 mb
MEMORY : 1498304 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.