Publicite

Réconciliation : Les Rois et chefs coutumiers appellent à la repentance et au pardon

« Nous devons nous accorder, nous mettre ensemble, pour amplifier de façon unanime, le message du Président de la République. »
Publicite

Pour  une réconciliation vraie et une paix durable en Côte d’Ivoire,  les Rois et Chefs traditionnels ont décidé de se mettre au dessus des clivages et ont appelé toutes les parties impliquées dans les différentes crises qu’a connues  le pays à la repentance et au pardon.

C’était, le 10 octobre 2017, à Yamoussoukro,  au terme d’un séminaire de formation des membres du directoire qui a eu lieu dans les locaux de l’institution. Ce, autour du thème « De la nécessité de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire : Quelle place et quel rôle pour les Rois et Chefs traditionnels  » ?

« Conscient de cette lourde responsabilité, le directoire, au nom de la Chambre Nationale des Rois et Chefs traditionnels (Cnrt), s’engage fermement : A s’élever au-dessus de toutes les mêlées y compris ses propres contradiction ; dans l’union véritable, sincère, à parler d’une même et seule voix et à appeler tous ses enfants à la repentance, au pardon et à la réconciliation dans l’intérêt supérieur de la nation », indique le communiqué final sanctionnant les travaux, lu par Tchiffy Gbizié Lambert.

Pour  le président de la Cnrt, Sa Majesté Nanan Amon Tanoé Désiré,  la problématique de la réconciliation, de la cohésion sociale et de la paix durable, leur impose un « engagement responsable » et des « actions concrètes ». «Nous Rois et Chefs traditionnels, avons l’obligation de contribuer à relever tous les défis liés à ces déchirures, pour permettre à la Côte d’Ivoire de tourner les pages sombres de son histoire. Nous devons nous accorder, nous mettre ensemble, pour amplifier de façon unanime, le message du Président de la République, à travers les initiatives institutionnelles, consacrées à la réconciliation nationale. L’autorité traditionnelle pour sa part, devra se construire un environnement saint et de confiance, pouvant la maintenir au-dessus de la mêlée, pour accélérer le processus de réconciliation. C’est à ce prix, que nous pourrons contribuer efficacement, par exemple, au retour des derniers exilés », a conseillé le Roi.

Notons qu’au cours de ce séminaire de formation, il s’est agi pour les membres du Directoire de la Cnrt de comprendre la nécessité de se mettre ensemble en vue d’entamer efficacement leur mission. De façon spécifique, ils ont eu à situer les fondements sociologiques des limites du droit positif moderne dans le contexte socioculturel ivoirien ; indiquer les déterminants sociologiques des faiblesses du droit coutumier dans les ensembles ethnoculturels en Côte d’Ivoire ; et enfin proposer un modèle de complémentarité entre le droit moderne et le droit coutumier dans la dynamique sociale en cours en Côte d’Ivoire.

KOFFI KOUAME
Agence de Yamoussoukro/Fratmat.info

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1679416 : 1.6 mb
MEMORY : 1471776 : 1.4 mb