Santé : Le Nord et l’Ouest battent le triste record de mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire

Le 06 février de chaque année consacre la célébration de la journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF). A l’occasion de cette journée, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Pr Bakayoko Ly-Ramata, a livré le traditionnel message du gouvernement, retraçant le parcours contre le phénomène et dressé le bilan national pour l’endiguer.   

« Engageons-nous et agissons ensemble, ici et maintenant, pour la Tolérance zéro face aux Mutilations génitales féminines ! ». C’est l’appel qu’a lancé, hier, la ministre Bakayoko Ly-Ramata à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines, qui se tient autour thème : « Aucune excuse pour l’inaction mondiale : unissons-nous, finançons, agissons ».

Avec des données statistiques à l’appui, la ministre a révélé que « Pour ce qui est de notre pays, les résultats de l’enquête, à indicateurs multiples 2016 (MICS5), intitulés « Situation des femmes et des enfants en Côte d’Ivoire », indiquent que 36,7% des femmes ont subi une Mutilation génitale féminine avec des disparités importantes dans certaines régions comme l’Ouest (62,1%), le Nord-ouest (75,2%) et le Nord (73,7%). Le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a recensé, de 2018 à 2020, au niveau de ses plateformes multisectorielles de lutte contre les violences basées sur le genre, 54 cas de mutilations génitales féminines et 10 cas, rien que pour le seul mois de janvier 2021 ». 

Et de rappeler que les conséquences des MGF sont, entre autres, les infections à VIH/Sida, l’hémorragie, le traumatisme psychologique, des troubles mentaux et des risques de complications au cours des grossesses et des accouchements pouvant parfois déboucher sur la mort, etc. Même en cette période de Covid-19, le problème des Mutilations génitales féminines se pose toujours avec acuité.

« Il a été donné de constater que certaines personnes exercent encore toutes formes de violences sur les femmes et les filles notamment, les Mutilations génitales féminines », a indiqué la ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant. C’est pourquoi, « La conjugaison de nos efforts pour répondre aux attentes de l’humanité est plus que jamais nécessaire », recommande-t-elle.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1712112 : 1.63 mb
MEMORY : 1507392 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.