Publicite

Séguéla : Des jeunes leaders formés à la culture démocratique et à l’entrepreneuriat

Au nombre de 30, des jeunes leaders de la commune de Séguéla (Centre-ouest) sont formés jeudi et vendredi à la culture démocratique, aux droits de l’homme et à l’entrepreneuriat par le Regroupement des acteurs ivoiriens des droits humains (RAIDH) qui entend ainsi consolider la cohésion sociale dans la capitale de la région du Worodougou. 
Publicite

Pour le premier adjoint au maire, Sindou Dosso, les actes de violence perpétrés à majorité par des jeunes lors des précédentes élections sont ‘’le fait d’un manque de culture démocratique mais aussi du taux de chômage élevé’’ au sein de cette frange de la population. D’où l’opportunité de ce renforcement de capacités qui vient à point nommé, surtout que le scrutin présidentiel de 2020 semble déjà susciter des passions. 

Cet atelier qui se déroule dans la salle de conférences de la Commission régionale des droits de l’homme (CRDH) regroupe des participants issus de la jeunesse communale, des associations féminines, de la société civile, de l’union de la jeunesse régionale et du conseil national de jeunesse. « L’enjeu de cet atelier de Séguéla vise à permettre aux jeunes leaders d’être outillés en matières de cultures entrepreneuriale, démocratique, citoyenne et des droits humains », a déclaré le chargé des programmes du RAIDH, Bakayoko Falikou. 

Pour lui, si les jeunes sont matures démocratiquement, cela ‘’augure de lendemains meilleurs pour le pays’’. Plusieurs modules sont au programme de cet atelier financé par la fondation Friedrich Naumann. Ce sont, entre autres, l’initiation à l’entrepreneuriat avec des thèmes dont le plan d’affaires, l’idée de projet et le marketing, la théorie générale sur les droits de l’homme qui comprend les principes fondamentaux ainsi que les générations de droits de l’homme et la culture démocratique qui s’articulera autour des valeurs républicaines, sociales, morales et éthiques. 

« La promotion d’un Etat libre, démocratique, ce n’est pas seulement l’affaire du gouvernement. C’est l’affaire de tous. (…) Merci à vous d’avoir compris cela et d’inciter nos jeunes dans ce sens », s’est, pour sa part, exprimé Kouamé Kouakou, le sous-préfet représentant le préfet Benjamin Effoli, avant d’inviter les jeunes à entreprendre pour être autonomes financièrement. Avant Séguéla, le RAIDH était dans les localités de Bouaflé, Gagnoa, Méagui, Guiglo et Bangolo, rappelle-t-on. 

Créé en 2005, le RAIDH est un regroupement de 11 organisations de défense des droits humains qui œuvre à leur renforcement et à l’amélioration des conditions de vie des populations vivant en Côte d’Ivoire. 



Paula K. avec Natacha Kouakou, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1757472 : 1.68 mb
MEMORY : 1515944 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.