Publicite

Société : Affaire « Cache d’armes découverte à Grand Bereby », un ex-gendarme formel: « Un projet d’attaque de la ville était visiblement programmé »

La découverte d’un arsenal de guerre dans la commune de Grand Bereby continue d’alimenter les conversations et de susciter beaucoup d’interrogations. Pourquoi Grand Bereby ? Quel était l’objectif de ceux qui ont positionné ces armes ? Et pourquoi un tel mutisme autour de cette affaire alors que dans le cas d’espèce des déclarations sont rapidement faites afin de rassurer, dans un premier temps, les uns et les autres et de diligenter une enquête afin d’appréhender ceux qui ont posé ces armes ? Depuis le lundi 29 avril 2019, jour de cette découverte, les langues se délient peu à peu et les hypothèses vont bon train. Chacun y allant de son expérience et surtout de sa connaissance des armes. Si, à ce jour, l’on ne sait les véritables motivations de la ou des personnes qui ont entreposé ces armes « en pleine commune de Grand Bereby », une chose reste cependant sûre selon certains observateurs.
Publicite

« Un projet d’attaque de la ville de Grand Bereby était visiblement programmé», a révélé à un journaliste de Le Nouveau Réveil un gendarme à la retraite. L’ancien homme en tenue qui a requis l’anonymat, le sujet étant très sensible, (nous a-t-il confié) a étayé son hypothèse en s’appuyant sur le lieu où étaient positionnées les armes (A l’entrée de la ville de Grand Bereby) et son expérience de militaire.

« Les armes qui ont été découvertes sont des roquettes anti-char neuves et des pélots dont certains étaient chargés. C’est-à-dire prêts à être utilisés. Généralement, la stratégie des assaillants consiste à positionner leurs armes à l’entrée de la ville. A Grand Bereby, il n’y a que la seule Brigade de la Gendarmerie pour défendre la ville en cas d’attaque surprise. Ils (les assaillants) allaient apeurer la population en procédant par des tirs en l’air ou en s’attaquant à des points stratégiques notamment la seule Brigade de Gendarmerie. Devant la peur que ces tirs allaient créer au sein de la population, ils allaient facilement prendre le contrôle de la Brigade de Gendarmerie de la ville parce qu’il faut noter que ce n’est pas sûr que la poudrière de la Brigade de Gendarmerie de Grand Bereby puisse disposer du type d’armement qui a été découvert », a indiqué l’ex-gendarme.

« La ville de Grand Bereby etant un carrefour au niveau de la région de San Pedro, les assaillants pouvaient facilement progresser sur San Pedro ou Tabou », a-t-il poursuivi.

A ce jour, aucune déclaration officielle, à notre connaissance, n’a été faite concernant la découverte de ces armes. Une enquête, semble-t-il, est en cours afin de découvrir la provenance de ces armes et le véritable motif de leur présence sur le territoire «beribyen ». La psychose reste toutefois vive.

« Notre région (San Pedro) a trop souffert des incursions armées notamment au niveau de Grabo (Département de Tabou). Et chaque fois, ce sont nos parents, nos frères, nos enfants, les autochtones Kroumen qui sont arrêtés et jetés à la MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan). Nous avons peur. Vivement que la lumière soit faite sur cette affaire », s’est inquiété un habitant de Grand Bereby.



Paula K. avec Foua Bi, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1684144 : 1.61 mb
MEMORY : 1471128 : 1.4 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.