Publicite
 

Société : Bouaké, les journalistes offrent un téléviseur, des vivres et non vivres aux détenus mineurs de Bouaké

La seule et unique association de tous les Journalistes  des régions de Gbêkê et du Hambol, dénommée l'Union des Journalistes de Bouaké (UJB), a offert un poste téléviseur neuf, des vivres et non vivres aux enfants pensionnaires du Centre d’Observation des Mineurs (COM) de Bouaké le week-end dernier.
Publicite

La délégation conduite par le président de l'Union Kouadio Kouadio Didier dit ''Virus'' comprenait également  monsieur Fofana, Secrétaire général de la Coopérative des Producteurs de Cajou et Vivriers avec Conseil d’Administration (COOPCAVICA), représentant le président dudit regroupement, Konaté Arouna.

« Le 30 mars 2019, nous avons mené une action sociale en direction des détenus de la prison civile de Bouaké, dans le cadre de la journée de charité de l’UJB, qui a ciblé également les centres Saint Camille-Nimbo et de l'Arche de Bouaké.

Ces structures sont spécialisées respectivement dans la prise en charge de malades mentaux et  handicapés mentaux. 

C’est à cette occasion, que nous avons remarqué l’absence de poste de téléviseur  dans l’approche éducative des détenus mineurs au centre d’observation des mineurs de Bouaké.

Nous avons promis apporter notre aide.  C’est ce que nous faisons aujourd'hui,  avec l’aide de notre principal partenaire, la COOPCAVICA et la contribution des commerçantes  d’Ahougnassou  », a expliqué le président Virus Kouadio.

Madame Kouassi Léa, Directrice du Centre d’Observation de Bouaké (COM), a réceptionné avec joie le don des journalistes et profité pour appeler de l'aide.

« Je pense que la télé est  la bienvenue,  parce que l’information est un droit fondamental pour les mineurs. Je lance toujours un appel aux personnes de bonnes volonté de nous soutenir pour que la  prise en charge de ces enfants soit faite de façon efficace et efficiente pour préserver la sécurité sociale à Bouaké », a-t-elle plaidé.

Même sentiment de joie chez le Substitut du procureur, Julien Boh, représentant le procureur de première instance de Bouaké. Il a également exhorté la population à regarder  autrement ces enfants, qui, à un moment donné, ont commis des infractions.

« À la différence des majeurs, eux, ils viennent ici (COM)  sur OGP (ordonnance de garde provisoire) du juge des enfants. Ce n’est pas une prison, en tant que telle. La maison les accueille pour les rééduquer », a-t-il précisé avant d’inviter « d’autres personnes de bonnes volonté et associations à emboiter le pas à l’UJB ».

Notons  que le Centre d’Observation des mineurs (COM) est une structure sous tutelle du ministère de la justice et des droits de l’homme, c’est une structure de la direction de la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse. Le centre reçoit les enfants dont l’âge varie entre 13 et 17 ans.



Paula K. avec M.K Arnaud, Correspondant/Akody.com


Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1708928 : 1.63 mb
MEMORY : 1475528 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.