Publicite

Société : Couvre-feu (Abidjan), 86 personnes interpellées dans la nuit du jeudi

Malgré la brutalité policière des deux premiers jours d’application du couvre-feu contre le coronavirus, certains Ivoiriens continuent de violer les consignes de sécurité. Dans la nuit du jeudi, informe la police, 86 personnes ont ainsi été interpellées dans le district d’Abidjan. 
Publicite

Les Ivoiriens ont-ils signé un pacte avec l’indiscipline ? Alors que de nombreux internautes dénoncent encore la brutalité policière des deux premiers jours de l’application du couvre-feu (de 21H à 5H), 86 personnes ont encore été interpellées pour violation de consignes. Selon la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN), elles seront déférées devant les tribunaux pour répondre de leurs actes.

Ce que risquent les contrevenants à la loi 

Le Procureur de la République Adou Richard a rappelé mercredi que les récalcitrants risquaient une peine d’emprisonnement d’un à trois ans et une amende de 20.000 à 2 millions de francs CFA, au regard des dispositions de l’article 8 de la loi n°59-231 du 7 novembre 1959. En outre, la violation du couvre-feu, constitutive d’atteinte à l’ordre public, est punie, aux termes de l’article 179 du Code pénal, d’une peine d’emprisonnement de trois à cinq ans.

« Au surplus, toute personne se rendant coupable d’une violation de ces mesures et qui aura été testée positive à la maladie à Coronavirus, sera poursuivie pour mise en danger d’autrui, fait passible d’une peine d’emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de 300 000 à 3 millions de francs CFA, conformément à l’article 393 du Code pénal », a ajouté le magistrat.

La Police assiste deux malades 

La DGPN indique également que 02 véhicules ont été mis en fourrière, 01 corps enlevé (décès) et 02 personnes assistées (malades). La multiplication de ce type d’interventions pourrait permettre à la police de se racheter vis-à-vis de la population, qui a sévèrement critiqué la violence dont elle a fait preuve mardi et mercredi soir.
De nombreuses personnes ont été bastonnées pour non-respect de couvre-feu, là ou une verbalisation, une arrestation et/ou une amende suffisaient amplement.


Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1729352 : 1.65 mb
MEMORY : 1504608 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.