Publicite

Société: crime crapuleux, SEM Charles Koffi Diby prend une part active à l’apaisement

Après les tensions particulièrement vives survenues aussi bien à Zuénoula qu'à Bohizra, les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019, suite à l’assassinat du chef Djé Bi Djè Robert, vice-président du collectif des chefs coutumiers de la Marahoué, un calme précaire règne au niveau des deux localités, avec des populations qui vivent toujours dans l'angoisse d'un retour de la violence. 
Publicite

Selon nos sources, l'un des suspects aurait expliqué que la mort du chef Dje Bi a été planifiée au cours d’une réunion de vingt cinq (25) personnes. 

Une forte délégation d’autorités administratives, politiques et militaires avec à leur tête le Préfet de région Beudjé Djoman Mathias, le commandant supérieur de la gendarmerie nationale Touré Apalo qui avait déployé un dispositif de plus de 200 hommes et le Maire de Zuénoula s’est rendue le vendredi 07 juin à Bohizra. 

Ces derniers ont échangé avec les populations après avoir constaté les nombreux et importants dégâts enregistrés lors des violences de la veille, avant de tenter de ramener la paix. Les émissaires de son excellence Charles Koffi Diby, conduits par le conseiller technique Gala Bi Gohi, l’ambassadeur Zoro Bi et Koffi Amani, qui faisaient partie de la délégation, après avoir rendu visite aux trois veuves et aux enfants à Zuénoula, ont poursuivi leur périple a Bohizra ou une population en pleurs et détresse attendait. 

En pareille circonstance, ils ont indiqué que les autorités traditionnelles ayant un rôle important à jouer, le président conseil économique sociale environnemental et culturel, a mis à leur disposition ce que les us et coutumes exigent afin d’exorciser le mal, essuyer le sang versé et faire respecter la mémoire du disparu. Mission a donc été confiée aux chefs Tchié Bi Alexis du canton Mangourou et Goué Ti Jean du canton Zuénoula. 

Le porte-parole de SEM Charles Koffi Diby, Koffi Amani a livré un message de soutien, de consolation et gratitude du président de la république et son premier ministre Amadou Gon, à la famille du défunt avant d’annoncer que le président du CESEC souhaiterait prendre une part active lors des obsèques de l’illustre disparu. Ces messages forts ont amené donc les parents de feu Djè Bi Djè à prendre l’engagement ferme de ne pas se faire justice, et de remettre la situation aux mains de l’Etat. 

Il faut rappeler que lors de ces violences plus d’une cinquantaine maisons brûlées et saccagées, plus de mille personnes sont en fuite. Un villageois joint par téléphone au moment ou nous mettons sous presse, a expliqué que les éléments des forces de sécurité y sont massivement présents en vue de parer à toutes les éventualités. Ceux en fuite ne sont pas encore rentrés malgré la présence plutôt rassurante et dissuasive des forces de l’ordre. 



Paula K. avec Natacha Kouakou, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1703360 : 1.62 mb
MEMORY : 1484008 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.