Publicite

Société : Le calme est revenu à Ouanzanou (Bouaflé) après les échauffourées avec la CIE

Le directeur général (DG) du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Treichville, Yao Etienne, à la tête d’une forte délégation des cadres Yowlè de la région de la Marahoué, a mis fin aux manifestations des jeunes de Ouanzanou, dans le département de Bouaflé, contre la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE).
Publicite

Les populations d’Ouanzanou, notamment des jeunes ont manifesté, le 13 mars 2019, contre une équipe technique de la CIE effectuant des travaux d’installation d’un régulateur de tension sur un site de leur village pour exiger l’électrification de leur localité attendue depuis sept ans.

Depuis lors, des démarches ont été entreprises en vain par des autorités administratives et politiques auprès de ces jeunes, en vue de permettre à la CIE de poursuivre les travaux.

Selon la CIE, ce régulateur de 33 KV devait servir à améliorer la qualité de l’électricité fournie dans les ménages de Bouaflé à environ 20%.

« M. le préfet de région a entendu ce que vous voulez, le sous-préfet a entendu, la CIE a entendu. Il faut vous arrêter là. Les cadres ici présents se joignent à moi pour vous demander pardon. Vous avez fait ce que vous pouvez. Nous allons prendre le relais », a indiqué M. Yao, lors d’une rencontre entre les populations d’Ouanzanou, la chefferie centrale Yowlè et des cadres.

Pour l’électrification d’Ouanzanou et de tous les autres villages Yowlè, il a exhorté les populations à faire confiance au chef de l’Etat, Alassane Ouattara, et à son gouvernement, rappelant ses œuvres de développement en faveur de la Marahoué. M. Yao a saisi cette occasion pour affirmer la volonté des cadres de sept villages Yowlè de tout mettre en œuvre pour amorcer leur développement.

« Les cadres de ces sept villages vont désormais se réunir très souvent pour parler de projets de développement. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est comment trouver un nouveau site pour le marché des sept villages, c’est comment trouver un site pour le terrain de football », a-t-il laissé entendre.

Le porte-parole des populations de Ouanzanou, N’Guessan Kouassi, a pris l’engagement, tout en acceptant le pardon, de laisser la CIE poursuivre ses travaux d’installation du régulateur sur le site de leur village.


Paula K. avec Natacha Kouakou, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1706192 : 1.63 mb
MEMORY : 1482216 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.