Société : Liberté de la presse 2021, la Côte d’Ivoire classée 66 mondiale et 13e en Afrique (RSF)

La Côte d’Ivoire à l’instar du reste du monde, célèbre ce lundi 3 mai, la 28e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse, autour du thème : « L’information comme bien public ».   

Pour 2021, Reporter sans frontière (RSF) a mis l’accent sur l’exercice du journalisme dans le monde dans une période de pandémie du Coronavirus. Pour l’organisation internationale, « le virus de la désinformation montre que l’exercice du journalisme, principal vaccin contre le virus de la désinformation, est gravement entravé dans 73 des 180 pays du classement et restreint dans 59 autres ». 

RSF a publié son classement annuel de la liberté de la presse en cette année 2021 dans 180 pays. Ainsi, la Côte d’Ivoire qui était à la 68e place en 2020 passe à la 66e place dans le monde. La Côte d’Ivoire est classée 66e pays sur 180 en matière de liberté de la presse selon le classement mondial établi par Reporters sans frontières (RSF) pour cette année 2021. En Afrique, le pays arrive en 13e position.

Liberté de la presse 2021 : La Côte d’Ivoire classée 66 mondiale et 13e en Afrique

En Afrique, la Côte d’Ivoire arrive en 13e position derrière la Namibie (24e mondial), le Cap-Vert (27e mondial), le Ghana (30e mondial), l’Afrique du Sud (32e mondial), le Burkina Faso (37e), le Botswana (38e), le Sénégal (49e), les Seychelles (5e), Madagascar (57e), Niger (59e), Maurice (61e) et le Malawi (62e).

Le top trois de ce classement est occupé par la Norvège (1ere), la Finlande (2e) et la Suède (3e), tous des pays scandinaves.

La journée mondiale de la liberté de la presse a été instituée par l’UNESCO pour défendre les journalistes dans leur liberté d’expression partout où ce droit fondamental est bafoué. Elle a lieu chaque année le 3 mai.

Pourquoi le choix de cette date ?

La Journée mondiale de la liberté de la presse trouve son origine dans la conférence de l’UNESCO à Windhoek (Namibie) en 1991. Les idées échangées par les journalistes africains et les professionnels des médias ont servi de catalyseur pour encourager la liberté de la presse, l’indépendance et le pluralisme en Afrique et dans d’autres parties du monde.

L’événement s’est terminé, le 3 mai 1991, par l’adoption de la Déclaration de Windhoek pour le développement d’une presse libre, indépendante et pluraliste.

La Déclaration de Windhoek est considérée comme une référence pour assurer la liberté de la presse dans le monde entier. 

La liberté d’expression est une des libertés fondamentales reconnues par la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948.

Le 3 mai sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse. La Journée mondiale de la liberté de la presse est aussi une journée de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l’abolition de la liberté de la presse.

C’est enfin une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1717784 : 1.64 mb
MEMORY : 1505168 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.