Société : Liberté de la presse en Côte d’Ivoire, voici les exigences des professionnels des médias

La 28e journée de la liberté de la presse a été célébrée lundi 3 mai en Côte d’Ivoire, à travers une marche organisée à Cocody et une cérémonie officielle à la RTI. Les journalistes de Côte d’Ivoire ont effectué une marche qui a débuté à partir des locaux de la chaine nationale (RTI).   

Présent à cette cérémonie, le ministre de la Communication des Média et de la Francophonie monsieur Amadou Coulibaly a rendu hommage à tous ceux qui ont choisi ce métier de service public et encourage les entreprises de la presse a respectée les règles de la bonne gouvernance. « Dans votre environnement plus que dans d’autres, les règles de bonnes gouvernances doivent être respectées et eu égard à la fragilité actuelle du secteur » a fait savoir le ministre de la Communication.

Poursuivant, il a expliqué le rôle de l’information en demandant aux journalistes de vérifier les informations avant de les diffuser au grand public afin de les aider à se faire leur propre opinion « Comme tout produit donc l’information doit répondre à ces exigences de qualités et de fiabilités qui lui assureront une existence pérenne » a souligné en ajoutant que les journalistes doivent être les défenseurs de ces nobles qualités c’est-à-dire le respect des règles d’éthiques et de déontologies qui octroient le sceau de la fiabilité à ce noble métier.

Avant lui, le président de l’UNJCI Jean Claude Coulibaly a annoncé que les festivités de cette année vont se poursuivre jusqu’au mois de novembre. L’UNJCI compte organiser une grande tournée d’information et de sensibilisation sur la nécessité pour toute la communauté nationale, d’une presse libre et indépendante. 

Au nom des organisations professionnelles des médias, Sam Wakouboué, a invité le ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Amadou Coulibaly à œuvrer pour la satisfaction des doléances suivantes :

– La réinstauration de la subvention à l’impression. En effet depuis trois ans, le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP) ne donne plus aux entreprises de presse cette subvention ;

– La prise du décret transformant le FSDP en fonds de soutien aux médias qui prendra en compte, tous les secteurs de la presse et des médias en rendant éligibles les entreprises de presse numérique et les radios ;

– L’octroi aux médias dans leur ensemble, de 0,1% du budget de l’Etat pour leur fonctionnement ;

– la signature du décret d’application relative à la nouvelle loi sur la presse afin de permettre la prise en compte effective des médias en ligne par le FSDP pour leur subvention.

Connaissant bien le secteur d’activité, il s’est dit convaincu que les doléances seront traitées avec diligence par le ministre, car dira-t-il « Il y va de la survie des entreprises des médias, voire du métier de journaliste, en Côte d’Ivoire ».


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1822544 : 1.74 mb
MEMORY : 1577800 : 1.5 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.