Publicite

Société: Poissons morts à Adjahui-Coubé (Port Bouët), voici les conclusions de l’enquête

Le 19 Juin dernier, des milliers de poissons ont été retrouvés morts sur la berge lagunaire du village d’Adjahui-Coubé, dans la Commune de Port-Bouët. Après dix jours d’analyses toxicologiques effectuées par le Laboratoire National de la Santé Publique (LNSP), il ressort qu’il ne s’agissait pas d’empoisonnement par produits toxiques.   
Publicite

« Il s’agit simplement d’un vol de poissons par une pêche illégale »

Les experts en toxicologue du Laboratoire National de la Santé Publique (LNSP) ont rendu leur conclusion sur la découverte de milliers de poissons morts sur la berge lagunaire du village Adjahui-Coubé, à Port-Bouët, derrière l’aéroport. Il ressort qu’effectivement des produits chimiques (triazines, organophosphores, organochlores) ont été retrouvés dans ces poissons.

Les toxicologues de la LNSP ont également relevé la présence de petites doses de triazine, organophosphore, organochlore (des produits utilisés comme insecticide, pesticide et désherbant) dans les poissons morts qui flottaient sur 1,5 km de berge lagunaire. Mais les quantités sont si faibles que ces substances ne peuvent pas être à l’origine de la mort en masse de ces poissons. 

Les enquêteurs pensent plutôt qu’on a affaire à un vol de poissons par une pêche illégale. « Les résultats de ces tests, croisés avec les auditions des 07 suspects interpellés dans cette affaire permettent de supposer qu’il s’agit simplement d’un vol de poissons par une pêche illégale » a indiqué Vincent Toh Bi Irié, Préfet d’Abidjan via une publication sur sa page Facebook. 

Les eaux polluées par les rejets d’usines 

Grâce à l’audition des suspects et aux témoignages d’autorités du village, l’on sait maintenant à peu près ce qui s’est passé. Dans le village d’Adjahui-Coubé, la notabilité a interdit l’utilisation des produits chimiques dans certaines eaux afin de permettre une bonne reproduction des poissons et des crevettes.

Se faisant, la quantité de poissons est devenue très importante et elle a attiré logiquement des convoitises. C’est ainsi que des pêcheurs indélicats se sont livrés à une pêche nocturne en se servant de ces substances nocives. « Les quantités de poissons pêchées étaient tellement importantes qu’ils n’ont pu remonter tous leurs filets jusqu’au petit matin. De peur d’être surpris par le village, ils ont donc abandonné leurs filets pleins de poissons et se sont enfuis au lever du jour.Rattrapés par la gendarmerie, ils sont passés aux aveux », explique Vincent Toh-Bi.

« Cependant, l’analyse toxicologique de l’eau de la lagune d’Adjahui-Coubé révèle la présence de certaines substances (metoxuron, monolinuron, terbutryn) due aux activités industrielles et humaines dans la proximité de ce plan d’eau, précise le préfet d’Abidjan. A long terme, cela peut présenter un risque pour la faune aquatique et pour l’homme ».



Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1691872 : 1.61 mb
MEMORY : 1481160 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.