Publicite

Société : Violences, Congés anticipés, Kandia Camara, Vagondo Diomandé et le Préfet d’Abidjan, annoncent des sanctions

Suite aux troubles liés aux congés de Noël anticipés dans des établissements scolaires en Cote d’Ivoire, la ministre en charge de l’Éducation nationale a pris des sanctions à l’issue d’une concertation avec tous les acteurs du système éducatif, ce mercredi 11 décembre 2019 au Centre national des matériels scientifiques (CNMS) de Cocody Saint Jean. 
Publicite

« Depuis le 05 décembre, l’école ivoirienne est secouée par endroits par des manifestations, des violences orchestrées par des élèves qui ont décidé d’eux-mêmes de se donner des congés de façon anticipée », a dit Mme Camara. 

« Le premier décès rapporté est celui d’un élève en classe de troisième  éventré par un élève  à Anyama, suivi du cas d’un élève de Terminale égorgé par un autre élève (…) il y a quelques jours  à Daloa et ce matin c’est une fille en classe de 2nde qui vient d’être assassinée à Dimbokro », a-t-elle précisé. 

La ministre a également évoqué de « nombreux blessés, des casses dans les écoles (…) publiques et privées », citant la localité de Facobly, dans l’ouest du pays, où des « salles de classes ont été incendiées par des élèves ». 
Mme Camara annonce des sanctions. «Nous allons demander des sanctions et des poursuites judiciaires. Tous les enfants qui ont commis ces actes seront radiés de toutes les écoles publiques et privées de Côte d’Ivoire. 

Mieux, les parents de ces élèves seront obligés de rembourser pour les casses dans toutes les écoles », a-t-elle annoncé, à l’issue d’une longue concertation avec les parents d’élèves, les Coges, les chefs religieux et l’ensemble des acteurs du système éducatif. 

Kandia Camara  avait à ses côtés plusieurs membres du gouvernement, dont le Général Vagondo Diomandé, ministre de la Sécurité et de la Protection civile et Sidiki Diakité, ministre de l’Administration du territoire ainsi que le préfet du District d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié.  

Kandia Camara a aussi révélé que certains individus infiltrés seraient responsables des troubles enregistrées dans les écoles. 

Selon le bilan, trois élèves ont été tués, 80 mineurs interpellés et 56 sont déférés devant des parquets. Tous sont issus de groupes de perturbateurs réclamants des congés de Noël anticipés, alors que la date officielle est fixée au 20 décembre.

Le Général Vagondo Diomandé a, quant à lui exposé le bilan des perturbations dans les écoles. Le ministre de la Sécurité et de la protection civile, a qualifié de jours infernaux les six jours pendant lesquels des élèves perturbateurs ont décidé de se mettre en congés. 

« En termes de bilan, au niveau d’Abidjan les cours ont été perturbés. Il y a eu 20 personnes interpellées à priori des enfants, 14 ont été déférés. A Abengourou, les cours ont été perturbés, 2 élèves ont été interpellés et déférés. De même à Daloa, malheureusement les cours ont été perturbés. 

Un élève est décédé, un jeune de 19 ans qui était en classe de terminale au Collège le principal. Il a été tué par arme blanche », a déclaré le ministre Vagondo Diomandé. 

En effet, « Il y a eu 14 interpellés, tous les 14 ont été déférés. Ainsi, à Gagnoa, les cours ont été perturbés. 33 élèves ont été interpellés, 15 ont été déférés. 

De même San Pedro le 9 décembre 2019, les cours ont été perturbés, 11 élèves ont été interpellés et tous déférés. Au niveau de Dimbokro, les cours ont été perturbés malheureusement nous avons noté un décès », a-t-il détaillé. 

A l’en croire, le dernier décès de Dimbokro vient compléter à trois le nombre d’enfants décédés dans cette situation. Par ailleurs certaines villes tirent pour le moment leur épingle du jeu.

 « A Aboisso, il n’y a eu aucune perturbation. Par ailleurs, au niveau de Bondoukou la situation est calme. Pareil pour Bouaké. Au total, à Korhogo, à Man, à Odienné, il n’y a pas eu de perturbation et la situation est calme », a précisé le ministre de la Sécurité.

Aussi a-t-il félicité la police et la gendarmerie qui selon lui ont reçu des instructions pour s’entretenir avec les élèves et les enseignants pour les sensibiliser sur le comportement à adopter mais surtout les amener à éviter d’être tentés à aller par anticipation en congés.

Le Préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi, évoque la mort de 03 élèves dont une fille par arme blanche suite à des violences causées par des élèves venus déloger d’autres élèves, nous apprend le préfet d’Abidjan, soulignant que l’un des élèves (en classe de seconde) décédé à eu la gorge tranchée par ses amis. 

Il était fils unique de sa famille. L’on enregistre également plusieurs blessés, des établissements scolaires saccagés, une école primaire incendiée par des élèves. Selon le préfet, face à la gravité de la situation, les mesures suivantes ont été prises: 
 -le déferrement d’une cinquantaine d’élèves suspects devant les Tribunaux;
 -dans le respect des règles administratives en vigueur, des élèves dont la responsabilité est avérée dans ces troubles seront radiés de tous les établissements publics et privés de Côte d’Ivoire ;
- les parents des enfants reconnus coupables se verront notifier les frais de réparation des écoles saccagées et incendiées ;
- les soins médicaux des élèves blessés dans ces violences seront assurés par les parents des enfants mineurs perturbateurs.


Paula K. avec Blackson Dodo sylvain, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1745024 : 1.66 mb
MEMORY : 1510824 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.