Publicite

Top 10 des présidents africains déchus condamnés ou poursuivis

Les chefs d’Etat africains déchus ne sont pratiquement pas l’abri de poursuites judiciaires une fois qu’ils ne sont plus au pouvoir. Condamnés à la prison à vie ou à perpétuité, ou encore en procès, des dirigeants africains sont pour la plupart accusés de crimes de guerre, corruption et de détournements. 

Publicite
Nous pouvons citer Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana anciens présidents de la Madagascar condamnés par contumace aux travaux forcés, Mengistu Haile Mariam, l’ancien dictateur éthiopien et Hosni Moubarak (Egypthe) ont été condamnés à la prison à vie, Charles Taylor 50 ans de prison. Hissène Habré (Tchad) et Laurent Gbagbo (Côte d’Ivoire) leurs procès sont en cours.

1. Didier Ratsiraka: l'ex-président malgache a été condamné en août 2003, par contumace à dix ans de travaux forcés pour «détournement de deniers publics», par la Cour criminelle ordinaire d'Antananarivo. Un mandat d'arrêt international a été délivré à son encontre. L'«amiral rouge», qui a dirigé Madagascar d'une main de fer depuis de 1975 à 2002, à l'exception d'une parenthèse entre 1991 et 1996, s'était enfui de la Grande île en juillet 2002 lorsque Marc Ravalomanana a accédé au pouvoir.

2. Mengistu Haile Mariam: Après dix ans de procès, l’ancien dictateur marxiste éthiopien, Mengistu Hailé Mariam, dit le «Négus rouge», a été condamné en 2007 par la haute cour fédérale d’Ethiopie à la prison à vie par contumace pour génocide. Le Zimbabwe, où il est exilé, a annoncé qu'il refuserait son extradition. Mengistu, dit le "Negus rouge", avait été reconnu coupable de génocide pendant la période baptisée la "terreur rouge" (1977-1978).  Mengistu avait pris la tête du régime militaro-marxiste éthiopien, le 3 février 1977, lors d'un coup d'Etat sanglant.

3. Marc Ravalomanana a été condamné en août 2010 par contumace aux travaux forcés à perpétuité. La justice n’a fait aucun cadeau à Marc Ravalomanana, reconnu coupable de meurtre et de complicité de meurtre où la garde présidentielle avait tiré sur la foule en 2009. 

4. Hosni Moubarak: a été condamné en juin 2012 à l’âge de 84 ans, à la prison à vie. L'ancien président égyptien déchu, était accusé de corruption et d'implication dans la mort de manifestants. M. Moubarak, qui plaidait non-coupable, a été jugé en même temps que son ministre de l'Intérieur, Habib al-Adli, ses deux fils Alaa et Gama, et six anciens hauts responsables des services de sécurité, notamment pour avoir ordonné la mort de quelque 850 manifestants durant la révolte de février 2011. L'ex-ministre de l'Intérieur al-Adli a été également condamné à la prison à vie.

5. Zine el-Abidine Ben Ali: le tribunal militaire de Tunis a condamné par contumace, en juillet 2012, l'ancien président Zine El-Abidine Ben Ali à la réclusion à perpétuité pour la mort de 43 manifestants à Tunis, au cours de la "révolution de jasmin", fin 2010 et début 2011.

6. Charles Taylor a été condamné, mercredi en mai 2012, à 50 ans de prison par les juges du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Reconnu coupable, le 26 avril, de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis au cours de la guerre civile en Sierra Leone (1991-2002), l'ancien président du Liberia a écopé d'une lourde peine selon les juge, qu’il n'était pas le chef des rebelles, le supérieur hiérarchique de ceux qui ont ensanglanté la Sierra Leone, mais leur complice.

7. Mohamed Morsi: la cour d’assises du Caire a condamné en 2015 à mort l’ex-président égyptien Mohamed Morsi destitué en 2013 par l'armée. Le tribunal a trouvé l’ancien président Mohamed Morsi coupable de complicité dans les crimes d’assassinat et d’attaque armée contre les prisons égyptiennes le 29 janvier 2011. Morsi avait été condamné aussi à la prison a perpétuité pour « espionnage ». Il a été indiqué que l’ancien président pouvait faire appel de ces deux jugements.

8. l’Ivoirien Laurent Gbagbo, dont le procès s’est ouvert le 28 janvier 2016 à La Haye devant la CPI, est  jugé pour crimes contre l'humanité, lors de la crise post-électorale de 2010-2011. Alors qu'il devait initialement s'ouvrir le 10 novembre dernier, le procès de Laurent Gbagbo a finalement commencé après avoir été repoussé en raison de sa santé. L'ancien président ivoirien est jugé avec Charles Blé Goudé, l'ex-meneur des Jeunes patriotes, milice composée de fervents défenseurs de Gbagbo. Les deux hommes, âgés respectivement de 70 et 44 ans, sont poursuivis pour leur rôle présumé dans la crise née du refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara à l'issue de la présidentielle de 2010 en Côte d'Ivoire. Plus de 3000 personnes sont mortes lors de ces cinq mois d'attaques.

9. Hissène Habré: le 20 juillet 2015 a débuté devant les Chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions sénégalaises, 25 ans après sa chute, le procès de l’ancien dictateur du Tchad Hissène Habré pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture. Avec ce procès, c’est la première fois dans le monde qu’un ancien chef d’Etat est poursuivi par des juridictions d’un pays étranger pour graves violations des droits de l’Homme. Le jugement sera connu d’ici au 31 mai 

10. Le Soudanais Omar el-Béchir: deux mandats ont été lancés par la CPI contre le président soudanais Omar el-Béchir, en 2009 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité et en 2010 pour génocide, les deux en lien avec le Darfour, où les violences ont fait plus de 300.000 morts depuis 2003.

ENA/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1757760 : 1.68 mb
MEMORY : 1513912 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.