Publicite

Transports: les dessous du non-respect de la baisse des tarifs

Depuis l’annonce de la baisse des prix de transport sur toute l’étendue du territoire ivoirien en grande pompe par le ministère des transports et le Haut Conseil du Patronat des Entreprises du Transport routier de Côte d’Ivoire (HCPETR-CI) jusqu’à maintenant, le constat reste inchangé.  Les transporteurs n’ont pas encore, dans la grande majorité, respecté la décision du gouvernement, plus d’un mois après.

Des transporteurs demandent encore des "efforts" au gouvernement

Le constat sur les routes d’Abidjan et de l’intérieur du pays est sans appel: les tarifs des cars, des taxis et minicars sur les lignes communales et inter-communales ont pour la plupart gardé les mêmes prix. Prenant au dépourvu les nombreux usagers qui croyaient enfin tenir l’occasion tant espérée d’une économie sur la facture du transport.
Publicite

Interrogés par l’équipe de Point de vue de Akody.com, des chauffeurs, des syndicats et "gnambro" expliquent que des étapes restent à franchir pour concéder à une baisse des tarifs.

«Nous payons trop cher les taxes. Si le gouvernement veut qu’on baisse les prix du transport, il faut qu’il diminue encore le carburant. Avant, le litre du gasoil était à 475 FCFA. Suite aux augmentations successives, on est allé jusqu’à 720 FCFA, pour ensuite revenir à 570 FCFA », martèle un chauffeur de taxi banalisé couramment appelé « wôrô wôrô » Cocody Riviera-Marcory.

Autres partisans de ce sentiment d’insatisfaction, d’autres chauffeur de « wôrô-wôrô» que nous avons pu interroger à Cocody-Riviera 2, disent, ne pas être concernés" par la baisse des prix du transport. Car, ajoutent-ils, "les gnambro" nous soutirent toujours très chers les chargements selon la destination.  

Selon un autre chauffeur de la ligne Riviera 2-Port-Bouët, les baisses enregistrées sur les coûts du carburant sont insignifiantes pour qu’elles puissent avoir de répercussion sur le prix du transport.
Des baisses de tarifs sans lien avec le Haut conseil 

Les transporteurs semblent s’adosser à une série de revendications pour camper sur leurs tarifs respectifs.
Du côté du ministère des transports, l'heure est encore à l’observation de la situation. Pourtant, l’on a encore en mémoire, le discours prometteur de Gaoussou Touré lors de la rencontre avec les transporteurs. Il était aussi convaincu que l’application de cette mesure devrait entrer en vigueur le 1er août.

Face aux premières hésitations dans l’application de la décision de baisse des tarifs, le Haut conseil par la voix de Diaby Ibrahim avait expliqué qu’il y avait une étape de ‘sensibilisation » à franchir.

A qui a servi toute cette annonce de baisse des prix du transport se questionnent les usagers qui ne cessent chaque de se quereller avec les apprentis ?

Problème de communication 

Le chef de gare de la ligne Koweït (Yopougon)-Bingerville a pour sa part soulever le souci de communication de la part du gouvernement,  "Le gouvernement aurait dû nous appeler autour d’un atelier pour étudier l’impact de la baisse du prix du carburant sur notre activité avant de suggérer une quelconque diminution",  déplore-il.  

Penouel D. / Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1733256 : 1.65 mb
MEMORY : 1508824 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.