Publicite

Travail des enfants: Vers une définition des tâches autorisées ou interdites

Bien avant, la Première Dame  de Côte d’Ivoire a fait remarquer que  "  (…) malgré toute notre bonne volonté, ainsi que les actions significatives posées ces dernières années, un problème majeur persiste et peut gêner nos efforts. Il s’agit de la question des critères de dénombrement, de mesure et de qualification des enfants victimes des pires formes de travail des enfants. "

En visite de travail à Genève, Mme Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire et présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (Cns) s’est entretenue, le lundi 25 avril, avec le directeur général de l’Organisation internationale  du travail (Oit), Guy Ryder et ses experts,au siège de ladite organisation.

Une rencontre fructueuse qui va déboucher bientôt surl'introduction de la notion du « travail léger » pour les enfants de 13 à 15 ans dans la législation nationale et son utilisation dans le cadre de la mesure statistique, la définition de la liste des travaux dangereux qui sont interdits jusqu’à l’âge de 18 ans.

"Je pense que nous avions eu une réunion très productive sur les mesures que nous pouvions prendre ensemble pour avancer dans la lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire. Ce qui était surtout positif, c’est que nous avions trouvé très facilement les points de convergences sur lesquels nous allions travailler ensemble, il s’agit de la définition du travail léger pour les enfants de 13 à 15 ans; la définition de la liste des travaux dangereux qui sont interdits jusqu’à l’âge de 18 ans. Nous sommes bien placés pour avancer sur des objectifs partagés sur la base des valeurs partagées. Je suis très content de cette réunion", s’est réjoui le patron de l’Organisation internationale  du travail (Oit).
Publicite

Bien avant, la Première dame de Côte d’Ivoire a fait remarquer que"(…) malgré toute notre bonne volonté, ainsi que les actions significatives posées ces dernières années, un problème majeur persiste et peut gêner nos efforts. Il s’agit de la question des critères de dénombrement, de mesure et de qualification des enfants victimes des pires formes de travail des enfants."

A l’en croire, les populations, en particulier les paysans ont du mal à comprendre que l'on confère le statut d'enfants travailleurs à leurs enfants scolarisés qui exécutent, en dehors des heures d’école et dans le cadre des activités familiales, des travaux qui ne mettent pas en péril leur santé, leur développement physique, social et moral et qui compromettent pas,  l’éducation de leurs enfants.

La problématique relative aux critères de dénombrement, de mesure, et de qualification des enfants victimes de traite et de pires formes de travail, sont, entre autres, les sujets autour desquels a tourné la discussion.

Isabelle Somian
fratmat.info
Source: Cabinet Première Dame 
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1732960 : 1.65 mb
MEMORY : 1502176 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.