Publicite

Tunisie : Des Ivoiriens se font tabasser par des Tunisiens

Dans la nuit d’hier mercredi à ce jeudi, à Tunis, des Ivoiriens ont été tabassés par des Tunisiens, sans aucune raison, autre que raciste. A l’heure actuelle, la tension entre les deux communautés serait à son paroxysme. La diaspora ivoirienne demande maintenant aux autorités de Côte d’Ivoire d’intervenir afin de la sortir de cette situation difficile.
Publicite

La faute à une bande de garnements malpolis

Selon les informations en notre possession, tout aurait commencé le mercredi matin dans le quartier de Maj Mata à Tunis. Une ivoirienne, enceinte, s’est rendue à la boutique du quartier « acheter quelques trucs ». Sur le chemin, des enfants tunisiens, très excités, se sont mis à lui faire des injures. Elle ne dit rien et rentre tranquillement chez elle après avoir fait ses courses. Quand elle est ressortie vider sa poubelle, ces mêmes enfants se sont mis à la lapider, ayant constaté qu’elle ne réagissait pas à leurs insultes. La jeune ivoirienne est sauvée de la lapidation par un Tunisien qui passait par là (celui-ci s’interposera plus tard pour défendre les Ivoiriens pris en chasse).  La femme est ensuite rentrée chez elle appeler son mari au téléphone pour l’informer de l’incident. Ce dernier accourt aussitôt à la maison voir de quoi il retournait.

Entre temps, la femme s’était déjà saisie de l’un des enfants et s’en était allée taper à la porte des parents de ce dernier. Pris de peur l’enfant se serait mis à pleurer à chaudes larmes. Sortis de leur domicile, les frères du garnement constatent amèrement les faits. C’est à ce moment que le mari arrive sur les lieux, dare-dare. Les jeunes Tunisiens l’auraient alors pris pour cible, sans demander quoi que ce soit.

La jeune dame court alerter les voisins, pour la plus part des Ivoiriens et des subsahariens. Le climat se serait dégradé au fil des heures jusqu’à ce que, entre 20H et 21H, les jeunes Tunisiens reviennent à la charge, cette fois, pour une véritable chasse aux Ivoiriens. Ils quadrillent tout le quartier et agressent tous les passants à la peau noire. Les Ivoiriens, aidés d’autres ressortissants des pays d’Afrique subsaharienne, organisent la riposte, à leur tour.

La situation aurait dégénéré, n’eut été l’intervention de la police tunisienne.

Les Ivoiriens appellent au calme et à l’aide

Plusieurs ivoiriens ont été blessés dans les représailles y compris la demoiselle enceinte et le Tunisien qui s’était interposé. Tous les blessés ont été conduits à l’hôpital le plus proche grâce à la solidarité qui s’est créée et grâce à l’appui de certaines organisations.

Pour sa part, M. Etien Henri Michel, président de l’Association des Ivoiriens actifs de Tunisie s’était rendu à la police, dès les premières escarmouches, afin de signaler la traque à ses compatriotes. Dès l’abord, les policiers tunisiens ont pris cela à la légère mais, au regard des nombreux appels signalant l’incident, des cargos de police ont été dépêchés sur les lieux. Là, les agents de la police trouvent des Ivoiriens prêts à en découdre avec les Tunisiens. Ils réussissent fort heureusement à ramener le calme. Toutefois, la tension serait encore palpable.

Le président de l’Association des Ivoiriens de la Tunisie demande, pour l’heure, à ses compatriotes de rester chez eux et surtout de garder leur calme : « Je pense que l’heure n’est pas à se venger. Quand tu vis à l’étranger et quand tu vis dans le pays des gens, quel que soit ce qui va se passer, il faut qu’on aille doucement avec eux ».

Toutes les associations d’Ivoiriens en Tunisie s’organiseraient en ce moment pour faire intervenir les autorités d’Abidjan.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1699440 : 1.62 mb
MEMORY : 1456584 : 1.39 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.