Publicite

Education : La Cosefci maintient son mot d’ordre de grève jusqu’à nouvel ordre

La Coalition du secteur Education/Formation de Côte d’Ivoire (Cosefci) a décidé de maintenir son mot d’ordre de grève jusqu’à nouvel ordre, dans une déclaration lue par son porte-parole, Pacôme Attaby, ce samedi 9 mars 2019. Le syndicat justifie sa décision par le fait que le Gouvernement n’a jusque-là apporté aucune réponse à aucune de leurs revendications.
Publicite


La Cosefci reconduit sa grève face aux intimidations du Gouvernement.

Dans une déclaration lue ce samedi par son porte-parole Pacôme Attaby, la Coalition du secteur Education/Formation de Côte d’Ivoire (Cosefci) a décidé de poursuivre sa grève, commencée il y a plus d’un mois maintenant. La plateforme de syndicat fait le constat suivant : « Après sept (7) semaines de grève, l’Etat ivoirien n’a apporté aucune réponse à aucune de nos revendications. Pis, il s’est choisi des interlocuteurs disposés à l’accompagner dans son dilatoire qu’il nous sert en lieu et place de solutions à nos préoccupations.

Aussi, l’Etat a-t-il décidé de réprimer de façon sauvage cette noble lutte. D’où l’agression planifiée de nos camarades de Bouaké et de Lakota, les arrestations et emprisonnements tous azimuts. Le comble de cette posture incongrue de l’Etat est le gel des comptes des enseignants ivoiriens, y compris leurs comptes d’épargne. ». Face à cette posture agressive adoptée par le Gouvernement ivoirien, la Cosefci dit n’avoir d’autre choix que de reconduire sa grève ce lundi 11 mars 2019 : « Camarades, n’ayant rien obtenu, la Cosefci maintient son mot de grève ce lundi 11 mars 2019 jusqu’à nouvel ordre et ce conformément aux résolutions de l’assemblée générale extraordinaire du 6 mars dernier. » a annoncé Pacôme Attaby.


Une déclaration dans le sillage de l’assemblée générale

Trois jours avant cette déclaration, c'est-à-dire le mercredi 6 mars 2019, la Cosefci avait tenu une assemblée générale à Yopougon pour reconduire la grève. La plateforme de syndicats avait décidé qu’il n’y aurait « Pas de cours jusqu’à nouvel ordre, s’il n’y a rien ». Pacôme

Attaby et ses camarades ont même laissé entendre que « s'il faut rester toute l'année sans cours pour que nos revendications soient prises en compte, nous allons le faire ». Aux yeux de la plateforme, aucun sacrifice n’est assez grand pour permettre aux pédagogues de faire leur travail dans les meilleures conditions possibles : « Un enseignement de qualité passe par une motivation, donc il faut revaloriser ces indemnités de logement », a martelé Pacôme Attaby.

Toutefois la Cosefci s’est dit ouverte aux négociations avec le Gouvernement afin que la situation se décante. Il faut noter que la Cosefci ne s’inscrit pas dans la même logique que d’autres syndicats tels que le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits (MIDD). Celui-ci a décrété la reprise des cours ce lundi 11 mars 2019. La cacophonie continue donc au niveau des syndicats enseignants.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1711856 : 1.63 mb
MEMORY : 1488440 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.