Publicite

Education : La FESCI suspend son mot d’ordre de grève pour "faire place aux négociations"

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) décide de suspendre le mot d’ordre de grève de 72 heures, pour ‘’ faire place aux négociations sollicitées par les autorités’’, indique un communiqué ce lundi signé par son premier responsable Allah Saint Clair. L’école ivoirienne a été en ébullition ce lundi 19 octobre 2020, suite au mot d’ordre de grève lancé par le principal syndicat des élèves et étudiants qui dénonce les frais annexes, pour "marquer (leurs) indignation à cette arnaque et mafia organisée autour de l’école ivoirienne".   

La FESCI a simplement et purement demandé aux élèves de rester à la maison pour faire respecter le mot d’ordre. Selon elle, la grève a été largement sur l’étendue du territoire. « Cependant des personnes nous attribuent à tort des violences observées ce jour dans l’intention de salir notre lutte qui est de faire barrage à l’arnaque liée au Coges », indique une note de la fédération.

La FESCI voudrait féliciter tous les élèves qui ont fait respecter le mot d’ordre en restant à la maison et informe l’ensemble de ses sections, coordinations aussi bien l’ensemble des partenaires du système éducatif de la suspension du mot d’ordre de grève pour "faire place aux négociations sollicitées par les autorités".

Les cours sont suspendus depuis ce lundi 19 octobre 2020, dans nombre d’établissements primaires et secondaires publics et privés à Abidjan et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays. Des individus se réclamant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) ont sillonné certaines écoles des villes pour déloger élèves et enseignants à coups de sifflet. 

C’est le mercredi 14 octobre dernier, au cours d’une conférence de presse au Campus de Cocody, qu’Allah Saint Claire dit le National Makélélé, secrétaire général de la FESCI, donnait 72 heures au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, pour la résolution de leurs revendications. Notamment : les problèmes de cotisations Coges, des frais annexes et des cas de fraude au Baccalauréat à la base de la violation du droit à l’éducation de milliers d’élèves.




Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1728600 : 1.65 mb
MEMORY : 1510680 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.