Publicite

Education nationale : La COSEFCI maintient son mot d'ordre de grève

Alors que certaines informations font état du gel des épargnes des enseignants grévistes par le Gouvernement, la Coalition du Secteur Education/Formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) durcit toujours plus le ton. Dans une déclaration délivrée ce samedi 16 mars 2019, la plateforme de syndicats invite les enseignants à continuer de garder les classes fermées et à ne céder à aucune manœuvre d’intimidation.
Publicite

La COSEFCI a décidé de donner le change au Gouvernement ivoirien dont les sanctions vont crescendo ces dernières semaines. D’abord les intimidations, ensuite le gel des avoirs, puis les arrestations et maintenant le gel des épargnes des enseignants grévistes. Dans une déclaration lue ce samedi par son porte-parole Pacôme Attaby, la plateforme de syndicats a demandé aux enseignants de poursuivre la grève entamée depuis plus d’un mois. 

Ce n’est pas une faute d’avoir essayé

La COSEFCI a rappelé dans un premier temps qu’elle n’est pas fermée à toute discussion. La preuve, elle a eu des rencontres avec les Mamans médiatrices de Côte d’Ivoire emmenées par Salimata Porquet, avec le Chef de Cabinet du Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle et le groupement des associations de parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire. 

« En effet, toutes ces personnalités et institutions qui ont rencontré le Directoire de la COSEFCI ont plaidé en faveur de la suspension du mot d'ordre de grève. » a fait savoir Pacôme Attaby. Malheureusement, relève la COSEFCI, ces discussions n’ont pas pu apporter d'éléments nouveaux à la satisfaction de leurs revendications. 

« Garder la classe fermée » et « ne céder à aucune manœuvre d'intimidation d'où qu'elle vienne »

Aussi : « Vue la volonté manifeste du gouvernement de faire fi de nos revendications,

Vu l'emprisonnement illégal de nos camarades de Man et d’Anyama, 
Vu le gel totalement illégal des comptes bancaires des enseignants, 
Vu l'arrêté ministériel référencé 0041/MENETFP/CAB pris par Madame le Ministre de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, le 12 mars 2019 interdisant le droit syndical au Directeur d'école primaire,
Vu l'absence d'interlocuteur crédible à répondre aux revendications. 
Le Directoire décide conformément à l'AG du 6 mars 2019 de continuer la grève sur toute l'étendue du territoire national, 
En conséquence, le Directoire invite tous les enseignants de Côte d'Ivoire à garder la classe fermée et à ne céder à aucune manœuvre d'intimidation d'où qu'elle vienne. 

Le Directoire appelle tous les responsables locaux de la COSEFCI à poursuivre efficacement les actions de remobilisation ».

Des plaintes déposées contre le Gouvernement et ses avatars

La plateforme de syndicats a aussi indiqué qu’elle « a adressé plusieurs courriers et plaintes aux organisations de la société civile, au BIT et à diverses tribunaux pour dénoncer » les actes d’intimidation à leur encontre dont l’attaque perpétrée par des individus non identifiés contre les enseignants de Bouaké et de Lakota, le gel des comptes des enseignants, les arrestations et les emprisonnements de nombreux Syndicalistes. 


Paula K. avec  Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1708200 : 1.63 mb
MEMORY : 1479064 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.