Législatives: Fâché, ce que Guillaume Soro réserve à Bédié et Gbagbo

Député sortant de la circonscription de Ferkessédougou, Guillaume Soro ne participera pas aux prochaines élections législatives prévues en Côte d’Ivoire le 6 mars 2021.   

Législatives 2021: Guillaume Soro et GPS se désolidarisent de l'opposition

En Côte d’Ivoire, la décision de l’opposition politique de participer aux élections législatives, est diversement appréciée au sein de la coalition des plate-formes politiques de l’opposition. Si dans le camp Henri Konan Bédié, participer aux législatives est une aubaine qui permettra à l’opposition de reprendre du poil de la bête pour la suite de son combat ''en faveur de la la démocrate et de l’ État de droit", cet avis n’est pas partagé par le camp de Guillaume Soro, l’ancien chef du Parlement ivoirien.

"Il n'est pas logique qu'après l'élection présidentielle avec autant de morts et sans que les contentieux n'aient été réglés, nous nous empressions à aller à ces élections locales", a argumenté l’un des proches de l’ex-chef rebelle au cours d'un entretien avec l'AIP. Selon lui, ni Guillaume Soro ni aucun de ses lieutenants, furent-ils députés sortants ou membres de GPS, ne participeront à ces élections. « Cette décision émane du président du parti, Guillaume Soro (…) le GPS va s'atteler à préparer ses militants pour les prochaines élections », a fait savoir M. Sanogo.

En se dressant contre Henri Konan Bédié, les pro-Soro assurent vouloir ne pas « légitimer » le troisième mandat du président Alassane Ouattara. L’opposition ivoirienne, faut-il le rappeler, a boycotté le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 au motif que les conditions n'étaient pas réunies pour garantir l'organisation d'une élection credible. Le mot d’ordre de désobéissance civile, lancé dans l’idée de contraindre le régime Ouattara au report dudit scrutin, a donné lieu à de violents affrontements, occasionnant les décès d’au moins 85 personnes, plus de 500 blessés et d’importants dégâts matériels.

« Nous, on a dit aux Ivoiriens qu’on ne reconnaîtra pas le pouvoir de M. Ouattara. Mais je suis surpris que là où il y a eu des morts, on n’a même pas encore présenté les condoléances aux familles(…) et nous l’opposition, on va s’asseoir dans leur dialogue pour reconnaître son pouvoir », s’indignait Konaté Zié, l’un des fidèles de Guillaume Soro, en décembre 2020.

GPS de Soro et d'autres partis politiques de « l’aile dure » de l’opposition, sont en effet très remontés contre Henri Konan Bédié et ses pairs de l’opposition, qui ont répondu en décembre dernier à l’appel au dialogue initié par le chef de l’ État Alassane Ouattara dans son discours d’investiture du lundi 14 décembre 2020. Avec l’annonce formelle du PDCI, du FPI et d'autres partis politiques, de prendre part aux prochaines élections législatives, l'opposition semble se fracturer.

Assisterons-nous dans les prochains jours à un divorce entre Guillaume Soro et ses camarades de l’opposition qui ont emprunté la voie du dialogue et de la participation aux élections comme chemin de la résolution de la crise ivoirienne ? Difficile d'y répondre! Pour l’heure, Henri Konan Bédié, Pascal Affi N’guessan, Laurent Gbagbo et Albert Mabri Toikeusse, fraîchement sorti de sa cachette, préparent leurs militants à aller en "rang serré" aux législatives avec pour objectif de les remporter avec une "majorité écrasante".


Jean Kelly Kouassi
Afrique-sur7

Laisser un commentaire

PEAK : 1696480 : 1.62 mb
MEMORY : 1490904 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.