Publicite

Showbiz : Pat Sacko, activement recherché par la gendarmerie nationale

L’artiste Zouglou Ossohou Patrick, alias Pat Sacko, est dans de beaux draps, dit-on, depuis quelques heures. Le lead vocal d’Espoir 2000 serait activement recherché par la gendarmerie nationale suite à la plainte déposée par le Ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandama. De quoi s’agit-il ?
Publicite

Recherché par la police, Pat Sacko répond

Nous apprenons, il y a tout juste quelques instants, que l’artiste Zouglou Pat Sacko, le lead vocal du groupe Espoir 2000, est activement recherché par la gendarmerie nationale suite à la plainte déposée par le Ministre Maurice Bandama en accord avec le DG du BURIDA Vieira Irène. Bien que sous le coup d’une arrestation imminente, le chanteur afficherait une sérénité digne d’Arafat DJ. « Si telle est leur volonté, je ferai cette prison d’abord pour le plaisir du couple présidentiel du BURIDA (Vieira et Bandama) et s’il le faut pour libérer les artistes Ivoiriens. Tôt ou tard la vérité triomphera », a dit l’interprète de la chanson les « Calculeuses ».

Ce qu’on reproche à l’artiste Zouglou

Pat Sacko recevra sans doute le soutien de ses pairs si le Ministre de la Culture et le DG du BURIDA s’obstinaient à le réduire au silence. Fadal Dey, par exemple, a déjà dénoncé les pratiques du BURIDA tendant à dépouiller les artistes, pourtant seuls générateurs de ses revenus. M. Maurice Bandama et Mme Vieira Irène en veulent à Pat Sacko pour les avoir attaqués dans une déclaration en début juillet. Le chanteur avait accusé les deux personnalités de se sucrer sur le dos des artistes Ivoiriens au mépris des textes en vigueur. Après la sortie du lead vocal d’Espoir 2000, le Ministre avait signifié qu’il ne laisserait pas impunie une telle offense.

Sauf surprise donc, Pat Sacko devrait être présenté, sous peu, devant le tribunal correctionnel d’Abidjan Plateau pour avoir porté atteinte à l’image du Ministre de la Culture et du DG du BURIDA.

Si jamais Pat Sacko faisait la prison, le public pourrait déduire qu'il s'agit là de ce que l’on appelle le « deux poids deux mesures » en matière de justice, en comparaison du cas Arafat DJ.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1696552 : 1.62 mb
MEMORY : 1471632 : 1.4 mb