Publicite

Côte d’Ivoire : fin de la grogne, l'heure des représailles!

Après une semaine tumultueuse, meublée par la grogne de la population à l’encontre de la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie) d’une part, et la situation de violence et d’affrontements entre la police et les syndicats d’étudiants à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, d’autre part, la vie reprend son cours.Petit à petit, les activités ont repris tant au niveau de l’Université que des villes où, des mouvements et manifestations ont eu lieu notamment, Bouaké, Yamoussoukro et Daloa. Suite aux mouvements populaires, l’heure est maintenant à la répression. Pour éviter que cette situation ne fasse tâche d’huile, l’Etat ivoirien a pris des mesures drastiques en vue de punir tous les réfractaires et par ricochet faire passer l’envie à toute autre personne de conduire pareil mouvement.
Publicite

Ces mesures se sont donc soldées par des arrestations et mises en garde et le renforcement des forces de l’ordre dans lesdites localités. Il faut le souligner, la revendication n’est pas mauvaise, mais ce qui est à déplorer c’est le caractère violent et la tournure mesquine que certains individus malveillants donnent à la lutte. Individus, qui malheureusement, en profitent pour voler et piller.
Pour en revenir, aux causes des nombreuses manifestations, il faut retenir que les ivoiriens se plaignaient des montants élevés des factures, en outre de la réception de deux factures en l’espace d’une semaine.  La compagnie mise en cause, a trouvé comme palliatif, de permettre à la population de régler cette énième facture sur une période de douze mois. Reste à savoir si, c’est la solution au problème soulevé ?, où si elle répond à la question du coût élevé des factures?

Il semblerait que non, quand de nombreuses interrogations surviennent dès réception des factures, concernant la question des nombreuses taxes y afférentes, notamment pour le coût du kilowattheure (kw),  la redevance Rti, le ramassage des ordures, l’électrification rurale, etc.
Il est mieux de donner des explications aux populations qui leur permettront de mieux comprendre le fonctionnement de cette compagnie afin d’éviter d’autres remous plutôt que déplacer un problème qui couve depuis un moment.

L’on entend partout parler de paix. Et pour des problèmes qui peuvent être réglés en un courrier ou décret, l’on fait la sourde oreille jusqu’à ce qu’ils se transforment en crise avant d’y prêter attention. Mais pourquoi, les Etats attendent toujours qu’il y ait des mouvements de violences avant de s’intéresser aux problèmes sociaux qui minent au quotidien les populations.
La violence est-elle la seule façon d’attirer l’attention des dirigeants, ou est-ce le son de cloche qu’arrive à entendre le gouvernement du haut de sa tour d’ivoire ?
Pour le moment, le calme est revenu du côté de la Côte d’Ivoire, espérons que cela ne soit pas de courte durée.


Evy D. / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1371864 : 1.31 mb
MEMORY : 1253184 : 1.2 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.