Publicite

Côte d’Ivoire : phénomène des microbes, à quand la fin ?

L’insécurité va grandissante en Côte d’Ivoire avec les vols à l’arraché, les agressions, les pickpockets et les microbes qui sévissent au grand dam des populations. Les microbes continuent de faire des ravages à Abidjan et ce au nez et à la barbe des autorités. Des innocents sont agressés de jour comme de nuit par des adolescents armés d’armes blanches (couteaux, machettes, gourdins…).

Publicite
Des méthodes, ils en ont plusieurs notamment agresser les victimes de dos, agresser aux feux tricolores, tenir des embuscades. Mais le plus difficile est qu’ils n’hésitent pas à taillader leurs victimes comme si leur laisser des marques de couteau ou de machette, représentaient un trophée pour eux. 
Aujourd’hui, arpenter les rues d’Abidjan surtout dans les communes de Yopougon, d’Abobo et d’Adjamé représente un danger pour les populations.
La psychose a commencé à s’emparer de la population qui s’empresse de rentrer chez elle se mettre à l’abri.

Les victimes des microbes se comptent par centaines. Certaines s’enferment dans un mutisme quand d’autres cris leur ras-le-bol sur les réseaux sociaux. 
La dernière en date, est l’assassinat dans la nuit du jeudi 31 août 2017 au sous quartier « Sable » à Yopougon de Koffi Yao Esaï, un policier en civil. Alors qu’il rentrait chez lui, il a été sauvagement abattu et égorgé par les microbes.

Pour se venger si l’on peut le dire ainsi, les policiers avaient fait des descentes musclées à Yopougon et Adjamé les mercredi 06 et jeudi 07 septembre pour une opération "zéro microbes". Cette opération s’est soldée par la mort d’un microbe et l’interpellation de plusieurs autres. Un chef microbe est par ailleurs activement recherché.

Les ivoiriens avaient placé beaucoup d’espoir dans la réunion du conseil national de sécurité présidé par le Président de la république Alassane Ouattara le jeudi 07 septembre dernier. Malheureusement, seules des mesures contre "les attaques perpétrées contre les postes de police et de gendarmerie ainsi que les évasions de prisonniers" ont été prises.

Aucune mesure contre les microbes n’a été donnée, aucune solution proposée pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société. Certains parlent de mineurs, mais des mineurs qui tuent, volent et privent des familles de leurs membres méritent d’être sanctionnés voire condamner. 
Espérons que très vite des solutions soient trouvées pour éradiquer ce fléau afin que les ivoiriens puissent vivre dans la quiétude et vaquer librement et sans crainte à leurs occupations.

Evy D. / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1327024 : 1.27 mb
MEMORY : 1233648 : 1.18 mb